Nessieland : le blog

Posts Tagged ‘Josh Homme

A chaque passage des QUEENS OF THE STONE AGE dans la capitale, ce sont tous les fans de rock (et en parliculier de stoner rock) qui se déplace en masse pour voir ce petit groupe formé en 1997 et qui est devenu tellement culte, notamment grâce à l’album Song For The Deaf (2002) mais son charismatique frontman, Josh Homme (ancien gratteux chez les mythiques KYUSS). Bien sur, ce passage à l’Olympia n’a pas échappé à la règle quand on sait que le concert a affiché sold out en 1/2 heure et que les billets se sont vendus à prix d’or (pour ne pas dire qu’ils coûtaient la peau du cul) et les fans sont venus très tôt et très nombreux pour assister à ce concert de rêve… Rien que d’y penser, j’en ai la larmichette à l’oeil!!

Queens Of The Stone Age

Queens Of The Stone Age (1998)

En bonne groupie, je débarque devant la salle mythique du boulevard des Capucines dans les coups de 15 heures et attends donc en bonne compagnie l’ouverture des portes. Quand on est groupie, on ne fait pas que dire des cochonneries sur le rouquin le plus appétissant du rock’n’roll, on court également très très vite pour aller à la barrière à nos risques et périls. Mais bon, ce qui nous importe c’est le concert et en particulier la première partie que personne ne connaissait THE DOUGH ROLLERS, un groupe rockabilly américain tout droit sorti d’un des films d’Elvis Presley plus que prometteur!!! La voix du chanteur Malcolm Ford (si si comme Harrison, qui n’est autre que son papa) est sans égale même si on sent bien la papatte Little Richardienne là dessous!! Certes, ce n’est pas ce qui tournerait en boucle dans mon MP3 mais bon, ça se laisse écouter et les gens ont relativement bien apprécié…

The Dough Rollers

The Dough Rollers

« L’Olympia vous offre maintenant 20 minutes d’entracte… » Le temps pour les fans de régler leurs appareils photos, d’aller se chercher une bière ou alors de discutailler entre fans de la suite du programme, qui ne se fit pas attendre car aussitôt que l’entracte fini, le quintet stoner (et son géantissime frontman habillé en curé) déboule sur la scène de l’Olympia avec un Regular John des plus tonitruants. En effet, le but premier de ce concert c’était de jouer en intégralité leur tout premier album, un éponyme, sorti en 1998 et véritable pépite pour tout fan de stoner rock, surtout quand on sait que la dite galette contient des tubes comme If Only, Mexicola, Walkin’ On The Sidewalks ou le magnifique You Can’t Quit Me Baby qui a clôturé le set magique du 1er album de QOTSA. Mention spéciale à The Bronze et Hispanic Impressions!! Durant lequel Josh Homme semblait nettement plus bavard et plus chaud bouillant que lors de sa dernière apparition à Rock En Seine l’été dernier (Qui a dit plus enrobé aussi? Dénoncez-vous!!). Le reste du groupe a tout donné (sauf peut-être Troy Van Leuwen mais là je chipote) et en particulier Môsieur Joey Castillo qui est sans conteste un des meilleurs batteurs au monde et qui a carrément fait oublié les patapoums assassins d’un certain Dave Grohl!! On a eu droit à des cris (beaucoup), des pleurs (quelques uns) mais aussi à des poussées d’hormones (trop nombreuses mais justifiables mine de rien).

C’est alors qu’ils redébarquent au bout de quelques minutes et PAM Monsters In The Parasol en pleine face!! Et puis Turning On The Screw, qui restera avec le planant Into The Hollow et le (relativement dispensable) Make It With Chu, les seuls titres du dernier album des reines de l’âge de pierre, Era Vulgaris, sorti en 2007!! Une belle aubaine pour les fans qui attendent avec impatience leurs prochains concerts au Main Square d’Arras le 1er juillet et aux Eurockéennes – où Nessieland sera présent dans le cadre de notre Summer Of Rock 2011 – le 2 juillet juste avant l’enregistrement de son successeur qui doit avoir lieu juste après le festival de Glastonbury et prévu pour la fin de l’année 2011. Le premier rappel se termine avec mon titre préféré, Little Sister

QOTSA

QOTSA

Josh Homme offre bien gentiment des shots de vodka et ceux qui, comme moi, furent aux premiers rangs, le sentent encore dans l’estomac au moment où je vous parle…

Deuxième rappel (avec les compliments du chef) et nous offre non pas un mais trois desserts des plus succulents:  un Go With The Flow orgasmique, un No One Knows plus éléctrifiant que jamais et un A Song For The Dead des plus sensationnels. La boucle est bouclée, après près d’une heure 40 de show avec deux rappels, on est aux anges, ravis, comme si on venait de se pendre la baffe de son vie ou que Cupidon vous ai soudain touché en plein cœur. Et c’est vrai qu’en tant que grande fan de stoner, Cupidon m’a touché en plein cœur car ce concert était de loin un des meilleurs concerts auquels j’ai pu assister du groupe (et c’était ma 4e fois) mais aussi en tant que fan de rock en général!!! Un concert de fou, un public bien remonté, des groupies fort sympathiques, une très bonne compagnie et une Gonzo Dudette dans un état à la limite du stellaire… La dépression post-concert risque d’être extrêmement rude mais bon, que peut-on espérer de mieux après un concert pareil? Ah si je sais, un encore meilleur show lors des Eurockéennes (et jour anniversaire de votre serviteuse)…

Miss Nessie

SETLIST

Regular John
Avon
If Only
Walkin’ on the Sidewalks
You Would Know
How to Handle a Rope
Mexicola
Hispanic Impressions
The Bronze
Give the Mule What He Wants
I Was a Teenage Hand Model
You Can’t Quit Me Baby

RAPPEL:

Monsters in the Parasol
Turning on the Screw
Into the Hollow
Make It Wit ChuLittle Sister

RAPPEL 2:

Go With the Flow
No One Knows
A Song for the Dead

Il y a quelques semaines de cela, j’ai écrit un article (visible ici) sur mes découvertes musicales de ces derniers mois. Des chansons qui m’ont fait tripper, rire ou simplement aimer la vie… En gros, je me les passais en boucle et je voulais donc vous le faire partager en espérant que cela vous ait autant plus qu’à moi.

Party Like It's 2005

Party Like It's 2005

Cette semaine, j’ai voulu faire pareil mais à l’envers. Je m’explique, j’ai retrouvé tous mes vieux CDs du lycée, le walkman noir avec le sticker de Motörhead que j’avais à l’époque (eh oui, je me suis mise très tardivement au lecteur mp3), toutes les compilations qu’un ancien soupirant m’avait fait (c’est d’ailleurs lui qui est à l’origine de cet article), les agendas Ben où j’y faisais mes playlist avec toutes les chansons alternative rock et métal qui passaient à la radio (c’était pas ce qui manquait en 2005) et tout le tintouin. J’ai retrouvé une partie de mes années lycée et c’est en les réecoutant que je me suis dit: « Mazette, mais qu’est ce qui a autant merdé en 6 ans? J’avais des sacrés goûts de luxe à l’époque!!!« .

Un des groupes emblématiques de mes années BEP Secrétariat, c’est Helmet. L’album « Size Matters » est sorti en 2004 et elle passait en boucle dans mes émissions radio préférées. J’adore la voix de Page Hamilton (le frontman) et cet album m’a pas mal accompagnée dans mes trajets au lycée. La chanson que je préférais le plus à l’époque était  le « single » See You Dead!! Je vous propose de le (re)découvrir et de secouer vos têtes avec moi… au moins par la pensée!!! 😉

Six ans plus tard, la chanson que j’écoute le plus de cette album, c’est celle-ci. Cette magnifique chanson qui s’appelle Enemies parce qu’en l’écoutant j’ai l’impression d’avoir de nouveau 15 ans et demi!! Bizarrement j’adore ça!!

Et une fois n’est pas coutume, je peux sauter de joie parce que… nos amis d’Helmet passeront à l’Elysée Montmartre le 10 décembre prochain et soyez certains que Nessieland sera là pour couvrir cet évènement plus que festif!!! Le hasard fait parfois bien les choses…

*****

Autre groupe emblématique de ces années folles, c’est At The Drive-In. Ok, même à l’époque, ils étaient séparés et d’après les dires d’Omar Rodriguez (le génial guitariste moumouté de The Mars Volta et donc ex-ATDI), c’est plutôt mal barré pour une reformation. J’avais acheté entre 2 permanances une matinée de printemps « This Station Is Non-Operational ». Ce titre est tout sauf fortuit car il vient du « tube », si je puis dire de ce groupe qui est l’excellentissimesque One Armed Scissor. Deux titres ont attiré mon attention ces derniers jours : Fahrenheit et Chanbara.

Voici Fahrenheit, une merveille aux relents punk. En temps normal, j’aurais jeté ça aux ordures juste parce que c’est du punk et que mon ouverture d’esprit musicale a des limites mais là…

Et maintenant, place à Chanbara qui est idéale une journée de gueule de bois ou avant un entretien d’embauche parce que ça envoie sévère. Après ça, plus personne ne pourra dire que Cedric Bixler est un mou du genou.

*****

Dernier groupe et non des moindres : Hermano. Alors en fait, Hermano c’est le side-project de l’ancien chanteur de Kyuss, John Garcia. Groupe de stoner exceptionnel des 90s où évoluait aussi un certain Joshua Homme. Un gratteux rouquin de 2 mètres qui joue dans un groupe « trop pas » connu qui s’appelle Queens Of The Stone Age. Moi non plus je connais pas, mais il paraît que c’est sympa!! Homme et Garcia sont toujours potes malgré le split, Garcia rejoue les classiques de son 1er groupe avec Garcia Plays Kyuss (récemment passés au Hellfest 2010, du côté de Clisson) et des rumeurs circulent sur une éventuelle reformation en 2011….

Bien que nous n’en soyons pas encore là, je vous propose 3 chansons d’un album qui m’avait littéralement scotché, donc toujours en 2005 et qui s’appelait « …Dare I Say ». Pour moi, le meilleur album du groupe. La première c’est celle qui ouvre cette galette, Cowboys Suck. Au début, ça m’a fait marrer mais après réflexion, je me suis dite que John Garcia, bah il roxxe pas mal mine de rien. Et comme je suis gentille, voici un live datant de 2007!!

La deuxième chanson est cette fois-ci la dernière de la galette et bon sang, j’adore ce titre!!! Il s’agit de My Boy et je vous offre le clip en rab!!! Ça fait un peu cheap et moraliste, genre « les armes c’est pas beau » mais bon, voir Hermano jouer dans un garage à l’old school, ça me va. J’espère que vous l’apprécierez autant que moi…

Et la dernière illustre un peu mon humeur du moment, On The Desert. Et c’est – malheureusement – sans mauvais jeu de mots que j’avoue traverser ces derniers temps une petite traversée du désert avec tous les soucis qui vont avec et dont on se passerait bien…

Et c’est sur cette lancinette ode à la solitude, sublimée par l’harmonica et la voix suave et typiquement « stoner » que je vous laisse…

Miss Nessie (Hibernatus des temps modernes et amoureuse de la bonne musique)

Il y a quelques mois de ça, presque un an en fait, ils ont crées la surprise à Rock En Seine. Annoncés comme Les Petits Pois, le super groupe des Them Crooked Vultures a littéralement enflammé Saint-Cloud. C’est donc avec enthousiasme que j’attendais le concert des Them Crooked Vultures au Zénith de Paris, le mardi 8 juin 2010.

Them Crooked Vultures

Them Crooked Vultures

Euh, en fait pour ceux qui ne savent pas qui sont les TCV (honte à vous, ô pauvres pêcheurs) c’est un all-star band de rêve composé de Dave Grohl (ex-Nirvana et leader des Foo Fighters) à la batterie, Josh Homme (ex-Kyuss, frontman des mythiques Queens Of The Stone Age et accessoirement le rouquin le plus sexy de toute l’histoire du rock’n’roll) à la gratte et puis Monsieur John Paul Jones (légendaire bassiste de Led Zeppelin). Et sur scène, c’est Alain Johannes, sympathique guitariste live, les accompagne.

Un sacré public, aussi hétéroclite qu’à Madness, mais un peu plus rock’n’roll quand même et parmi eux, moi et ma charmante copine de gig, Mam’zelle Chris, toutes deux des énormes fans de TCV. Bon, c’est l’heure de la 1ère partie et le moins qu’on puisse dire, bah c’est qu’on était pas du tout au courant. Donc on laisse les belges de Nosfell nous faire la surprise mais le paquet cadeau s’avérait être empoisonné. La putain de déception et je n’ai pas honte de le dire: c’était vraiment à chier: pas de musicalité apparente, pas de niaque, ennui total et manque de transcendance et de riffs qui en jette. Et puis le chanteur-guitariste qui en fait mais des tonnes, le pauvre mec essaie de copier voire singer le regretté Jeff Buckley ou alors Jonsi de Sigur Ros, je ne sais pas, en fait, je ne saurais vous dire qui tellement c’était téléphoné et puis aussi parce que c’était vraiment mauvais. Je peux vous dire en revanche que ses pseudos-déhanchés à la Iggy Pop ont fait pschitt (perso, j’ai fait tchip!), du gros « what the fuck », en somme. Cinq chansons et puis s’en vont, Nosfell, plus jamais!! J’avoue que je les connaissais de nom, j’ai bien fait de les zapper fissa. « Y a de l’idée mais ça ne va pas assez loin » dixit Mam’zelle. Tu es bien trop indulgente, très chère mais bon, ça doit aussi venir de moi…

Petite pause d’une demi-heure où j’essaie de me mettre en condition, de régler tant bien mon appareil (je suis dans les gradins, pas moyen de faire des photos correctes, en revanche pour la vidéo, ça peut se faire). Tandis que Mam’zelle est partie se dégoter un petit t-shirt de Them Crooked Vultures, en attendant que le show commence, en mode cartoon, il est magnifique!! Le mien est noir, un peu vintage, avec un beau logo du groupe. Enfin bref, on papote entre copines, on imagine la playlist et on se prépare psychologiquement au concert qui doit débuter incessamment sous peu, avec quelques cris de groupies, j’avoue que j’adore ça mais j’assume…

Et là, les voilà! Dave Grohl, John Paul Jones, Josh Homme et enfin Alain Johannes (gratteux live qui était présent à Rock en Seine 2009) et ils attaquent d’emblée No One Loves Me, Neither Do I. Une sacrée belle purée, donc! Juste énorme!! Et puis le son est meilleur qu’à Madness, autre belle satisfaction avec l’harmonie qui règne dans le groupe et qui fait que c’est génial de les entendre en live. Mention très bien à la session rythmique d’ailleurs. Et au diable les contradicteurs et autres « vieux cons » parce qu’ils le valent bien, tout bêtement, parce que ça n’a rien à avoir avec la version studio (qui est toute aussi réussie). Et puis le gros slam qui fait mosher les purs et durs comme moi, un must. Puis s’en suit Gunman, qui confirme le génie de Dave Grohl au patapoum. Efficace, catchy, rien à dire quoi!

Petite présentation du groupe par le sieur Homme et puis Scumbag Blues (la préférée de Mam’zelle, me semble-t-il) où Josh part une nouvelle fois dans le lyrisme (attention, c’est tout sauf péjoratif, ce que je dis). Invitation au voyage? Possible, en tout cas, je me suis bien défoulée dessus. Idem avec Dead End Friends et Elephants. Le tout accompagné de quelques cris de groupies, quand je vous dis qu’on est des indécrottables 😉 Et puis la basse de Monsieur John Paul Jones, ça se savoure comme du petit lait tellement c’est mortel. Et voici venu le temps des bonnes affaires, pour un New Fang acheté, un solo de Grohl offert.

Premier inédit avec Highway One, belle surprise avec une rythmique folle, folle, folle, joliment conclue par un solo donné par Alain Johannes. C’était assez bluesy, bien foutu et puis très cool aussi. Et Josh Homme pendant ce temps ne tournait pas la manivelle (ouh la la, je savais qu’écrire une review avec une semaine de retard, ça peut avoir des séquelles sur les vannes, toutes mes excuses NDLR), mais il fumait, à la cool, normal. Jones regarde le spectacle et le public est plus que conquis. Et c’est à mon tour d’être doublement conquise parce que Bandoliers arrive, et que j’adore cette chanson qui me donne des envies de vacances loin de nos chères vuvuzelas (et pourtant j’aime le foot), chanson à laquelle le public a positivement réagit. Les moshes deviennent des danses, enfin des ersatz de « danses du mia » mais en plus rock’n’roll, quoi. À ce moment précis du concert, je suis déjà en route pour le 7e ciel.

Et là, c’est LE moment d’anthologie. Interlude With Ludes, avec un Homme, plus « hot dans son bod » que jamais. Je fonds comme du beurre sur un crumpet, je me liquéfie en le voyant se dandiner nonchalamment comme une belle vahiné, si je n’étais pas aussi loin de la scène, j’aurais fait péter deux trois sous-vêtements (mais non, je déconne, mais j’aurais pu). Je n’avais pas reconnu cette chanson et pourtant en live, c’est quelque chose, et là je parle objectivement. Trêve de plaisanteries, TCV passe à nouveau aux choses sérieuses avec Mind Eraser, No Chaser. Du lourd et du bon, rien à jeter! Autre chanson qui a reçu un super accueil du public dès les 1ères notes dans un Zénith plus que chaud bouillantissime. John Paul Jones et Dave Grohl aux chœurs avec Alain Johannes et Josh Homme qui assurent à la gratte sur Caligulove, « simply beautiful » comme dirait l’autre.

Deuxième inédit, Can’t Possibly Begin To Imagine, qui ravit l’assemblée – déjà hyper conquise à la noble cause (en même temps, vu le casting…) Perso, j’ai beaucoup dansé dessus et je n’étais pas la seule, preuve que c’était une tuerie. Ça va faire une semaine et je l’ai encore en tête. J Et pourtant, au bout d’une heure et plus de quarante minutes, Josh Homme nous annonce les dernières chansons. Quelques « boo » desasprobateurs venant du public mais ça reste bon enfant. Pour le rappel, enfin entre guillemets, ils nous servent les trois autres chansons de leur album éponyme, sorti le 16 novembre dernier, à savoir Spinning In Daffodils (très catchy et trippant), Reptiles (efficace en live) et font un finish de taré mental avec le titre-fleuve Warsaw Or The First Breath You Take After You Give Up.

Standing ovation d’une bonne demi-dizaine de minutes puis le choc, il faut se rendre à l’évidence… Mais bon, heureusement que les membres du groupes nous remercie chaleureusement et en français, excusez du peu, en déployant un grand drapeau tricolore avec les têtes des vautours véreux (traduction littérale pour Them Crooked Vultures, NDLR) imprimés. Après un show incroyable de 2 heures, …c’est déjà fini ! En temps normal, on est rassuré après un show mais Mam’zelle et moi et je pense tous ceux qui étaient au Zénith cette soirée-là, on en voulait encore plus, comme si on n’était pas rassasiés – on a d’ailleurs toutes les deux eu cette impression après Faith No More à Rock en Seine l’été dernier. Belle soirée, sacrée claque et tueries en cascade, encore un concert que je ne suis pas prête d’oublier. Merci TCV!!

Miss Nessie


Calendrier

juin 2017
L M M J V S D
« Sep    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

Blog Stats

  • 89,184 hits

Twitter de Nessieland

Erreur : Twitter ne répond pas. Veuillez patienter quelques minutes avant d'actualiser cette page.

Flickr Photos

2011-04-18 21.09.34

2011-04-18 21.05.53

2011-04-18 21.05.20

2011-04-18 21.04.30

2011-04-18 21.04.14

2011-04-18 21.01.40

Plus de photos

Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire a ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par e-mail.

Rejoignez 5 autres abonnés