Nessieland : le blog

Posts Tagged ‘humour noir

Une fois n’est pas coutume, mon premier gros coup de cœur de l’année – et nous sommes presque fin janvier – n’est pas musical, mais littéraire. Mais pas n’importe quelle littérature, le genre de littérature que l’on omet très (trop) souvent de citer parce que c’est moins glamour que Houellebecq ou Jane Austen. Je parle de la bande dessinée. Un art à part entière qui pullule de petites pépites. L’avantage d’avoir un job étudiant de rêve comme le mien, c’est de pouvoir être très près de ces pépites et c’est ainsi que j’ai fait la connaissance de Nemi Montoya.

 

Nemi
Nemi: bad, black and beautiful

Nemi est norvégienne, a autour de 25 ans, c’est une gothique pure et dure qui en plus d’avoir une forte personnalité et un avis sur tout, est aussi une grande amatrice de chocolat, de beuveries au pub avec sa meilleure amie Cyan (qui a les cheveux cyan, d’où son nom) en plus d’être végétarienne, défenseuse des animaux et anti-bimbo. Le genre de nenette qu’on aimerait rencontrer plus souvent dans la vraie vie, quoi. Toujours est-il que Nemi est aussi incapable de se trouver (et de garder) un boulot et qu’elle refuse de grandir ni même d’envisager une vie de couple. Ah oui, j’ai aussi oublié de vous dire que ladite Nemi Montoya est aussi la femme la plus connue de Norvège tant la BD tirée de ses tranches de vie est archi populaire en Scandinavie, en particulier en Norvège et en Suède.

En 2009, la BD est enfin traduite en français après avoir brillamment traversé les frontières (Grande-Bretagne, Allemagne, États-Unis) et est publiée sous le nom de « Nemi ». Son auteur, la jeune Lise Myhre, jeune trentenaire fan de la culture métal, s’est inspirée de sa vie pour écrire les aventures de son héroïne de choc car les premières planches de Nemi sont en fait des critiques de la vie underground au Norvège, pays connu pour ses groupes de black metal et la mauvaise réputation que cette musique inspire. Les sujets sont devenus au fil des années un petit plus sérieux, se concentrant sur des sujets universels comme les soirées au pub, les coups d’un soir, la peur de grandir et les stéréotypes de la société mainstream dans lequel elle vit. Son succès dans son pays natal est tel – la BD existe depuis 1997 là-bas – que plusieurs compilations sont sortis et que l’on pourrait qualifier de bande originale à un comic qui l’est autant.

BD Nemi

La causticité de Nemi peut faire penser à la mythique Daria Morgendorffer, qui a bercé l’enfance et l’adolescence de milliers de personnes et puis, elle a aussi des fans connus de choix qui vont de Tori Amos à Alice Cooper. Et ça c’est pas rien!!

Lise Myhre et Alice Cooper
Lise Myhre et Alice Cooper

Que pourrais-je vous dire de plus sur cette BD, mise à part qu’elle est excellente, très bien faite, très drôle aussi et qu’elle donnera envie aux jeunes padawans et autres anti-metalheads de sympathiser avec ces gentils Bisounours aux goûts musicaux plus que différents des leurs? Peut-être que cette BD est tout public, pas trop chère (une petite douzaine d’euros), super intéressante et que vous ne pouvez QUE adorer ce sacré petit bout de femme. Et pour ceux que ça intéresserait, deux tomes sont déjà sortis et un 3e est prévu pour la rentrée prochaine…

En un mot comme en cent, c’est ex-cel-lent!!! A lire sans modération.

Miss Nessie

La raison pour laquelle je ne fais pas beaucoup de critiques littéraires, c’est parce que je ne me considère pas assez douée pour ça. Parce que la critique d’albums, je sais faire, pour le cinéma c’est à peu près pareil à quelques exceptions près. Mais les livres… et c’est pas faute d’être une dévoreuse de bouquins, je les avale tout cru depuis que j’ai su lire et à l’époque je n’avais pas encore 3 ans…

Bunny Munro

Mort de Bunny Munro : chroniques d'un chaud lapin en perdition...

Je vous ai fait l’éloge il y a presque un an d’un livre que j’ai vraiment adoré, un livre dont je continue à lire quelques chapitres quand l’envie m’en prend, « Then We Came To The End / Open Space » de Joshua Ferris. Ça c’était au tout début de Nessieland. Le temps passe et les articles se succèdent à défaut de se ressembler (et c’est pas plus mal) et toujours pas de chroniques littéraires. Ma foi, je vais réparer cette injustice en vous parlant d’un livre que j’ai beaucoup aimé : « Mort de Bunny Munro », un bouquin pas comme les autres à l’image de son personnage central, le « fameux » Bunny Munro et de son auteur, le chanteur australien Nick Cave.

Bunny Munro est un VRP qui vend du rêve et accessoirement des produits de beautés pour les établissements Éternité. Il est accro à la coke, à l’alcool et au sexe. Il lui suffit de fermer les yeux pour voir… des vagins, des minous de parfaites inconnues comme ceux de Kylie Minogue – grande amie et ancienne conquête de Nick Cave, ndlr – et d’Avril Lavigne (il va falloir qu’il m’explique son obsession un de ces quatre pour l’ex-skater girl devenue pipole affligeante). C’est en rentrant un soir chez lui qu’il découvre avec stupeur le corps de sa femme, Libby, qui s’est pendue laissant donc leur fils de 9 ans, Bunny Junior, éperdument seul. Bunny Munro père et fils décident de quitter la ville au volant d’une vieille Punto jaune. Et cela sonnera comme le début de leurs mésaventures à travers le Sud de l’Angleterre sans savoir qu’elle nous annonce aussi la fin d’un Bunny Munro complètement à la dérive…

Pour l’avoir lu, relu et dévoré jusqu’au dernier paragraphe, je peux dire que ce livre est un bijou parce que les personnages sont aussi atypiques qu’hallucinants. En commençant par le héros lui-même, plus « incarnation du rock‘n‘roll à l’anglaise » tu meurs (à croire que Bunny Munro serait l‘alter ego déluré de notre australien moustachu préféré), par ses conquêtes (toutes plus folles les unes que les autres), par « Grand-papa » Bunny Munro Premier (grand méchant loup édenté, cancéreux et en froid avec la terre entière) et par LE personnage le plus attachant du livre, à savoir Bunny Junior, adorable petiot de 9 ans qui découvre le monde à travers son encyclopédie et pour lequel on se prend très vite d’affection – en particulier quand le pauvre chou doit rester dans la Punto et avec une méchante infection des yeux qui le force à porter des lunettes de soleil quand papa fait son chaud lapin chez des desperate housewives Et au contraire, surtout si on est une fille, on trouve que les amis et connaissances de Bunny sont assez médiocres pour ne pas dire qu’ils sont affreux, sales et machos. Mais ce bouquin d’environ 340 pages est très accessible, très rythmé, pas relou aux niveaux des flash-back, facile à lire et puis surtout, il est vraiment très drôle. Un livre drôle qui a aussi le mérite de ne pas tomber dans le mélo ou les clichés et ça, c’est déjà un super bonus, vraiment et puis ça nous change de l’autre enquiquineuse mormone de mes deux avec ses imbéciles heureux de loups-garous et de vampires à la con. Je t’en ficherais moi des vampires qui brillent comme des boules à facettes, abrutie!!

Tout ça pour dire que ce livre est réellement fascinant et qu’il mérite d’être lu. Alors, c’est parfois un peu cru mais bon, il faut bien que le slogan « sex, drugs and rocknroll » si cher à Nick Cave (et à sa jolie plume, il s’agit là de son 4ème livre, après Et l’Ane Vit l’Ange en 1989 et King Ink, Volumes 1 en 98 et 2 en 99) soit utilisé à bon escient et non rabaché comme de la mort aux rats par des tronches de cake à cervelle de flamby et des hipsters trentenaires couillons jusqu‘à la moelle!!! Bon sang que je déteste les hipsters, grrrrr!! Alors si vous voulez passer un bon moment avec un bon pavé, procurez vous ce livre et assistez donc à la Mort de Bunny Munro… Je ne sais plus qui a dit « la mort vous va parfois si bien » mais en tout cas, il/elle a raison 🙂 .

Plus d’infos sur Nick Cave : www.nickcaveandthebadseeds.com // www.grinderman.com // www.myspace.com/nickcaveandthebadseeds // www.mortdebunnymunro.fr (le site officiel du livre)

Miss Nessie

Ps: Il va falloir que je le fasse plus souvent, si un prochain livre trop pas connu me plait, je vous en ferait un joli topo, c’est promis 😉

Pps: Bah autant vous le dire tout de suite, Nessieland sera très prochainement déclinée en anglais. C’était un projet qui me tenait à cœur depuis longtemps mais qui a été retardé pour des raisons techniques et complètement indépendantes de ma volonté. Mais aujourd’hui, c’est officiel. Enfin, cela le sera en septembre. Je vous tiens au courant très vite.


Calendrier

octobre 2019
L M M J V S D
« Sep    
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

Blog Stats

  • 91 624 hits

Twitter de Nessieland

Erreur : Twitter ne répond pas. Veuillez patienter quelques minutes avant d'actualiser cette page.

Flickr Photos

Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire a ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par e-mail.

Rejoignez 4 autres abonnés