Nessieland : le blog

Posts Tagged ‘Grande-Bretagne

Music Lover

Fan de musique depuis 1989...

On m’a souvent reproché mon manque d’ouverture d’esprit musicale, mon manque de discernement et il parait aussi que je suis une sale gosse immature… Ok, bien que ces critiques soient TOUT sauf constructives, je vais malgré tout vous faire part de mes découvertes musicales, des chansons qui m’ont vraiment plu, que j’ai écouté en boucle ces derniers temps et aussi de ces classiques qui ont faites de moi la Gonzo Dudette que je suis… et en technicolor por favor!!

Ma première pépite, c’est « Apprends à Te Taire » de la rappeuse Casey. C’est une chanson qui résume bien l’état d’esprit du moment. C’est vrai que dans la musique, on entend des trucs qui sont tellement consternants qu’ils en deviennent risibles!! Comme une réponse à la musique actuelle en France ou aux coups de péripatéticiennes en 140 caractères, cette chanson est une belle tuerie parce que d’une, les paroles sont réfléchies et sans concession et de deux, parce qu’une rappeuse française plus hardcore que Diam’s, bah je dis pas non… Écoutez aussi les paroles à la toute fin de la chanson, c’est vraiment tordant!!

*****

Deuxième pépite et pas des moindres c’est « Demagogue » de Urban Dance Squad, un groupe de fusion néerlandais qui envoie du très lourd. Formé dans les années 80, ce combo a sorti plusieurs albums dont ceux de 1991 (« Mental Floss For The Globe ») et de 1994 (« Persona Non Grata ») ont remporté un franc succès en Europe et aux Etats-Unis. La plus connue du groupe c’est Deeper Shade of Soul mais Demagogue est vraiment celle que je préfère!! Ce groupe, souvent comparé à Fishbone (raaaaah Fishbone!!), a pas mal contribué, musicalement parlant, au succès de groupes comme les Red Hot Chili Peppers (m’enfin au tout début) et Rage Against The Machine (gros fans des funk-rock-rappeurs bataves). J’ai découvert cette chanson à la radio, un soir de révisions de Mai et depuis je suis à fond dessus. Testez le en réveil matin, ça fout la patate!!

*****

Troisième pépite et là, on change complètement de registre: Edgecrusher de Fear Factory. J’ai très longtemps boudé les groupes comme Fear Fac’ ou Machine Head sous prétexte que je les trouvais, pas mous mais « kids-friendly », le genre de trucs dont on est fan de 15 à 17 ans!! Mais je me suis remise tout doucement à Machine Head et aussi à Fear Factory depuis une petite année et je ne le regrette pas!! Mieux, je me remercie d’avoir attendu avant de bien savourer ces groupes thrash que j’aime tant!! Bon, on arrête les auto congratulations et je vais vous expliquer la VRAIE raison de ce choix. C’est tout con mais dans le refrain, en tendant bien l’oreille, on croierait que Burton C. Bell dit : « fraiches coquillettes, fraicheur, des coquillettes fraiches, fraiches coquillettes, fraicheur « . Alors oui, je sais c’est bête et méchant mais ça m’a bien faite marrer et si j’arrive à headbanguer malgré la possible hallucination auditive, c’est que ça doit être une super chanson, voilà tout!! Chose qui n’est désormais plus possible sur « The Unforgiven » de Metallica...

*****

Autre belle découverte, celle du groupe (assez hype d’après ce que j’en ai conclu) indie-folk-rock new-yorkais Grizzly Bear et sa chanson « Two Weeks« . J’ai découverte cette chanson dans une pub, si si celle pour une marque de voiture qui commence par P, et j’ai eu un véritable coup de coeur sur la voix du chanteur, qui me rappelle beaucoup Ray LaMontagne ou encore mon petit chouchou Dallas Green, et sur cette mélodie entraînante et poppy. Pas le genre de came à laquelle je suis accro mais thumbs up pour les Grizzly Bear parce que j’adore cette chanson. Que les fans de séries télé se réjouissent (ou me saluent, c’est selon) parce que Two Weeks a été jouée dans la cinquième saison de How I Met Your Mother.

*****

Autre pépite, What Difference Does It Make des Smiths, groupe dont je suis tombée sous le charme et dont j’aime vous vanter les mérites. La chanson est vraiment belle, que ce soit dans les paroles, dans les sonorités ou encore dans l’interprétation donnée par Steven Patrick Morrissey alias The Moz. J’ai remarqué qu’une chanson de Smiths c’est comme un épisode de votre vie chantée. Pas mal de chansons de ce groupe me touchent parce qu’elles expriment parfaitement ce que j’ai pu vivre ou que je vis encore. Et ça fait toute la différence… Dans ces cas-là, j’oublie carrément que ce titre date de 1982 (époque des clips Tops of the Pops kitchissimes) et même les déhanchés quelques peu… étranges du Moz. Nevermind, j’adore cette chanson et vu qu’elle résume bien mon humeur, je vous la mets avec grand plaisir et sans guacamole!!

*****

Une reprise comme je les aime, Sabotage. Initialement interprétée par les Beastie Boys, les hardcoreux canadiens de Cancer Bats l’ont remise au gout du jour et bondidjiou j’adore ça!!! C’est vrai, quoi et en plus, le clip est à mourir de rire. Des metalheads avec de l’humour, certains penseraient que cela serait dû à un manque de maturité ou à une case en moins mais pas du tout, c’est juste plus subtil, en tout cas venant de la part des mecs de Cancer Bats… Après, je dis ça, je dis rien!! Bon bref, tout ça pour dire que la version hardcore metal 2010 est aussi intense et fun que l’originale sortie en 1994!!

Voilà, c’est tout pour aujourd’hui… Bon week-end, profitez de la Gay Pride si vous le pouvez et puis bon foot au reste du monde… ou pas, d’ailleurs 😉

Miss Nessie

Il fait partie des légendes de la Brit Pop. Le dandy mancunien des temps modernes, aussi sulfureux que talentueux, Steven Patrick Morrissey alias The Moz, a soufflé hier en ce samedi de la Pentecôte ses 51 ans… Mozzer’s Day, comme on dit dans le milieu.

Morrissey aka The Moz

Morrissey aka The Moz

Fils d’immigrés irlandais, le petit Morrissey naquit le 22 mai 1959 grandit dans la banlieue de Manchester et vécut une enfance partagée entre son amour grandissant pour la musique et ses relations plus que tendues avec son paternel. Ses idoles à l’époque étaient Sandie Shaw, Marianne Faithfull (la grande Marianne!!), James Dean ou encore Oscar Wilde, rien que ça.

À l’adolescence, ce seront des groupes commes les New York Dolls, David Bowie, T-Rex ou encore Roxy Music qui feront grandir son amour pour la musique. C’est d’ailleurs aussi à cette époque qu’il se mit à l’écriture, envoyant souvent des lettres à des magazines musicaux britanniques tels que NME et Melody Maker – des bibles pour tout mélomane, journaliste musical et passionné comme moi – où il exposait son avis sur certains groupes. Une grande gueule avant l’heure, donc. Sa carrure athlétique lui permit d’éviter le bizutage par des petits camarades (pour ne pas dire petits cons et Dieu sait que j’en connais pas mal) mais il décrira souvent son adolescence comme une période dépressive et solitaire (tiens tiens…) comme dans l’une de ses chansons Never Had No One Ever (qui s’avère être ma préférée des Smiths) où il dit qu‘« [il] a fait un mauvais rêve qui a duré 20 ans, 7 mois et 27 jours… ». Dépression qu’il l’a suivra toute sa vie d’ailleurs.

Justement, en parlant des Smiths, ce groupe dont il fera partie pendant un peu plus de 5 ans, est celui qui le fera connaître auprès du grand public. C’est après avoir rencontré en 1982 Johnny Marr (guitariste de son état) qu’il fonde The Smiths, qui est devenu en l’espace de quelques albums, tournées et années, un des groupes pop les plus influents de la scène britannique. Ils sortirent 4 albums entre 1984 et 1987, année de leur séparation dont les mythiques « The Queen Is Dead » en 1986 et « Strangeways, Here We Come » en 1987 où ils sortirent leur chanson culte à titre-fleuve Stop Me If You Think You’Ve Heard This One Before (excellemment reprise en 2007 par le British Mark Ronson et son poulain australien Daniel Merriweather, qu’on aime aussi beaucoup dans Nessieland). Dès lors, sa carrière solo est lancée avec les hauts (Viva Hate, Your Arsenal, Vauxhall & I, You Are The Quarry) et les bas (Southpaw Grammar, Maladjusted, Swords,Years Of Refusal) que l’on connaît. Il a notamment repris en 1994 « Moonriver », de la BO de Diamants sur Canapés dont on vous a précédemment parlé ici, est d’ailleurs un bijou (et de surcroît une des seules fois où ce chef d’oeuvre classique du cinéma n’a pas été massacrée).

Mais Morrissey, au délà de l’artiste, c’est aussi une personnalité avec un sacré caractère et quelques légendes à son actif. Végétarien depuis l’âge de 11 ans, il défend avec ferveur les droits des animaux et est aussi membre actif de la PETA. Il est aussi connu, notamment de la presse pour ses opinions politiques, longtemps anti-thatchériste, il se défend aussi régulièrement des accusations le disant raciste (« Si je suis raciste, alors le Pape est une femme » a-t-il rétorqué il y a quelques années). Il a beaucoup critiqué l’arrivée au pouvoir de Jörg Haider en Autriche (leader d’extrême droite dont sa mort en 2009 a permis de découvrir sa double vie strictement opposée à ses valeurs).

Morrissey est aussi un très grand cinéphile et a uneaffection toute particulière pour le cinéma français et ses mythes telles que Delon, Jean Marais, Brasseur, Godart, Truffaut et j’en passe. D’ailleurs, lors de son passage à Rock en Seine en 2006 (punaise, il est passé à côté de chez moi et je n’y étais même pas grrrrrrr!), il s‘est présenté en étant Jean Gabin. La grande classe, quand même. Fan de Françoise Hardy et de Serge Gainsbourg, il est aussi un grand fan de la France en elle-même, dont il fera l’éloge dans sa chanson « I’m Throwing Your Arms In Paris » et la légende dit qu’il parle plutôt bien la langue de Molière. Y a de quoi être fiers, parole de Gonzo Dudette!!

Ses relations amicales avec David Cameron a fait d’ailleurs coulé beaucoup d’encre outre-Manche tout comme ses orientations sexuelles. Certains disent qu’il est gay, d’autres bisexuel quand certains le disent carrément asexué car il aurait gardé un exécrable souvenir des « chevauchées fantastiques » diront nous. Mais bon, au fond, ce n’est pas ce qui importe le plus. Son lyrisme pop, son esprit typiquement Rock’n’roll ainsi que son humour cynique et caustiquement sardonique (wouah et je l’ai trouvé toute seule comme une grande 😉 ) et de sa grande sensibilité font du Moz une icône comme on les aime. On dit d’ailleurs que sans lui, des groupes comme les Babyshambles, The Strokes ou encore Maximö Park n’existeraient pas. Perso, je serais lui, je le prendrais mal mais bon, le Moz restera à jamais le Moz, et une personnalité aussi gonzo que lui méritait amplement de faire partie de notre panthéon Nessielandesque. Happy Birthday, Mozzer fucker!!!

Miss Nessie

Ps: je tiens à m’excuser pour ce jeu de mots un peu pourri mais je suis meilleure rédactrice que raconteuse de blagues, autant pour moi. 😀

Si vous n’étiez pas à l’Élysée Montmartre vendredi dernier, c’est que vous avez manqué un superbe gig de 65daysofstatic. À moins que vous ne soyez pas fans du groupe ce qui est fort dommage ou alors que vous ne connaissez pas ce groupe, et dans ce cas-là, c’est encore plus dommage parce que vous passez à côté de quelque chose, parole de Gonzo Dudette…

65dos

65daysofstatic: sacré band!!

Donc, vendredi dernier, j’étais dans cette salle aussi impeccable que mythique pour assister au concert des petits british, actuellement en tournée en Europe pour leur dernier album « We Were Exploding Anyway ». J’arrive à pile poil à l’heure pour la 1ère partie, les grenoblois de Rien (c’est le nom du groupe) tandis que je sympathisais gentiment avec le type du merchandising et que je prenais quelques photos (disponibles dès demain sur notre MySpace). Le set fut bien court (une grosse demi-heure) et pas très rock’n’roll mais néanmoins sympathique. Le temps de rejoindre mes collègues et amis du site Lord Of The Geeks et hop, la deuxième 1ère partie, les petits montpelliérains de NLF3, jeune trio très intéressant qui nous offrent un set un chouia plus vif avec quelques bruitages et expérimentations en prime, ils ont aussi été plus interactifs avec le public.

Petite pause d’environ 25 minutes avant le début du show des 65dos (plus facile à retenir et à écrire), le temps de blaguer un moment avec mes accompagnateurs, de papoter zique et gigs et aussi de se mettre en chauffe. Oui, c’est dès la première chanson (Go Complex) que je me suis rendue compte qu’un concert de 65dos, c’est pas comme dans les gigs rock/metal où j‘ai l‘habitude d‘y aller, c’est assez dansant, trippant et aussi bluffant. Si je dis bluffant, c’est parce que pour ceux qui vont les voir pour la première fois, comme moi, sont agréablement surpris et bluffés par la prestation des membres du groupe qui jouent souvent de plusieurs instrus à la fois, les habitués, eux, sont déjà dans le trip et finissent par être rejoins par les padawans. Dès le début, les 65ers nous remercient, nous demandent si on va bien et aussi si on est heureux. La foule répond un gros « yeeeeeeah » et les mecs ont dit, en gros, qu’il faut savoir être heureux et qu’il ne faut pas laisser le blues nous envahir… un petit Don’t Go Down To Sorrow aurait été une parfaite parenthèse mais bon, Await Rescue a très bien fait l’affaire.

Quant vient l’heure de Retreat! Retreat!, chanson qui m’a fait découvrir 65dos au lycée comme pour beaucoup je suppose, l’audience l’a accueilli par des applaudissements. Tout comme Crash Tactics, extrait du dernier album des anglais de Sheffield ou encore un de mes préférés du nouvel album Dance Dance Dance. Il y a eu pas mal de nouvelles chansons et les anciennes jouées sont certainement les plus appréciées des fans comme Fix The Sky A Little, Await Rescue ou encore une de mes préférées du groupe Radio Protector, jouée en toute fin de show (et ça c’est juste énoooooooorme!!).

Un des moments les plus ouf du concert, c’est quand l’un des guitaristes, Paul Wolinski, sauf erreur, prend sa gratte et s’amuse à la faire tenir en équilibre grâce à sa bouche pendant une bonne minute. Beaucoup ont pris des clichés de Wolinski tenant la guitare par les dents, moi itou. L’autre moment ouf du gig, c’était la session dansante de 10 minutes juste avant le rappel où tout le monde, je dis bien TOUT LE MONDE, dansait comme des malades et cette session dansante était grandiose car voir une Gonzo Dudette danser, c’est un truc qui arrive tellement rarement que la dernière fois, ça devait remonter au moins à la terminale. En tout cas, je n’étais pas la seule à m’être éclatée comme une folle à la fin de la session dansante!! Beaucoup mieux que tous les prout prout machins de mes deux à la David Fuckin’ Guetta, d’ailleurs. Le rappel nous a offert une bombe (Debutante) et deux classiques (The Last Home Recording et Radio Protector), emballé c’est pesé et non seulement ils ont réussis à les conquérir mais lorsque le concert se termine aux alentours de  22h20, le combo britannique est chaudement congratulé sous les applaudissements du public.

Trop court comme concert à mon goût mais trop bon. Et si certains se ruent vers le stand merchandising pour avoir son petit CD, t-shirt et autres goodies, d’autres discutent et donnent leurs impressions sur le gig, celles que j’ai entendues étaient toutes positives en tout cas, et aussi sur l’album.  Déjà l’heure de rentrer et de retourner à ma petite vie plan-plan d’étudiante lambda mais qui pourra au moins se vanter d’avoir vu les 65daysofstatic à Paris et d’avoir passé un excellent moment avec ses potes du côté du boulevard Rochechouart. Il faut savoir que sur les 9 titres de l’album, 8 ont été jouées ce soir, ce qui nous donnent une belle impression de la galette. Et pour l’avoir écouté toute la journée d’hier, je peux vous affirmer que c’est de très très bonne qualité: un album à conseiller et à se procurer d’urgence dès aujourd’hui…

Miss Nessie

Setlist 65daysofstatic

  • Go Complex
  • Piano Fights
  • Await Rescue
  • Retreat! Retreat!
  • Crash Tactics
  • Dance Dance Dance
  • Weak4
  • Fix the Sky a Little
  • Mountainhead
  • 65 Doesn’t Understand You
  • Tiger Girl

Rappel:

  • Debutante
  • The Last Home Recording
  • Radio Protector

Calendrier

août 2017
L M M J V S D
« Sep    
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

Blog Stats

  • 89,354 hits

Twitter de Nessieland

Erreur : Twitter ne répond pas. Veuillez patienter quelques minutes avant d'actualiser cette page.

Flickr Photos

Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire a ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par e-mail.

Rejoignez 5 autres abonnés