Nessieland : le blog

Posts Tagged ‘Cinéma

C’était une des adaptations ciné les plus attendues de l’année 2010, le film « L’Agence Tout Risques » qui fut dans les années 80 la série que tout le monde connaît avec les très charismatiques George Peppard (dans le rôle d’Hannibal Smith) et Mr T. (dans celui de la grosse brute Barracuda).

L'agence Tous Risques

L'agence tous risques, version 2010

Alors la version 2010 reprend la même trame mais nous explique en fait comment la fameuse agence (The « A-Team » dans la version originale) est devenue celle que l’on connaît, celle qui aime que les plans se passent sans accrocs comme le disait si bien le Colonel dans la série, mais elle a été quelque peu remaniée et réadaptée à l’ère moderne. Le synopsis reste malgré tout le même: quatre anciens membres de l’US Army (ils sont vétérans de la Guerre du Golfe là où ils étaient vétérans de la Guerre du Vietnam dans la série) tentent de faire blanchir leur noms auprès des autorités compétentes, qui les suspecte d’avoir commis un crime et pour le coup, ils tenteront le tout pour le tout pour prouver leur innocence…

Alors bien sur, les choses ne sont pas si facile quand on a aussi les fédéraux collés aux basques du Colonel John Smith dit Hannibal (joué par Liam Neeson), du Lieutenant Templeton Peck dit « Futé », du Sergent Bosco A. Baracus le fameux « Barracuda » et du Capitaine H.M. Murdock dit « Looping ».

Bon, il faut aussi le reconnaître, les mecs de l’Agence Tout Risques sont sacrément tarés entre Futé, le beau gosse de service interprété par un Bradley Cooper plus hot dans son bod’ que jamais (surtout lorsque ce dernier parle la langue de Molière, aaaaah je fonds!!), Looping (joué par l’excellent Sharlto Copley, qui ne restera pas inconnu très longtemps) qui est juste « guedin dans sa têteuh » et aussi Barracuda qui s’avère être plus humaniste qu’on le croit, il n’y a de quoi s’inquiéter.

Mais si il y a bien une chose que j’ai retenu de ce film, c’est que cette histoire est un chouia plus crédible que la version télévisée et que les personnages sont aussi plus réalistes…

Donc, bye-bye au caricatural Mr. T, brute épaisse, distributeur de torgnoles taciturne et icône de mode désuète et bonjour à Quinton ‘Rampage’ Jackson, catcheur de son état et acteur à ses heures perdues, qui rend plus humain et plus intéressant le personnage de Barracuda, du bon boulot pour l’apprenti acteur, en tout cas, j’ai plus adhéré à son personnage d’homme en quête de paix intérieure que de celui du fils Smiths dans le remake (quasi létal) pour enfants de Karaté Kid, qui doit sortir début août.

J’ai beau avoir apprécié le film, je reste malgré tout sceptique en ce qui concerne deux personnages. Le 1er c’est celui de l’agent Carissa Sosa, jouée par Jessica Biel. Euh, qu’est ce qu’elle fait ici au juste? Enfin, je veux dire à part jouer les pseudo femmes fatales et rouler des pelles à Bradley Cooper. Encore qu’elle peut rouler des pelles à qui elle veut mais franchement, je m’attendais à un peu mieux de sa part. La deuxième déception vient de Liam Neeson (qui est pourtant un acteur que j’aime beaucoup) mais qui ne parvient pas, hélas, à avoir la même classe que George Peppard, c’est tout juste s’il est capable de tenir le cigare plus de 20 secondes. C’est triste parce que Hannibal a toujours été mon préféré dans la série… mais le reste de l’équipe s’en est malgré tout bien sorti.

Si une troisième déception, il devait y en avoir, ce serait sûrement la fin du film. Alors certes, c’est plus fun et plus rythmé, comme le reste du film d’ailleurs avec une pointe d’humour fine comme je les aime mais une des dernières scènes du film me fait plus penser à un épisode de « Scooby-Doo » qu’à un blockbuster hollywoodien.

Mais bon, tout ceci ne sont que des détails qui n’auront d’importance pour vous qu’après avoir vu le film et encore, ce ne sont pas les trucs qui vous viendront en tête dans l’immédiat. Malgré ces petites imperfections, parce que le film parfait n’existe pas mais que s’il s’en rapprochait, ça serait Wayne’s World *rires*, le film reste malgré tout un excellent divertissement et je vous conseille très vivement d’aller le voir au cinéma parce qu’il se trouve que l’adaptation d’une série au cinéma n’est pas toujours réussie et quand on en voit une, il faut se ruer dans les salles obscures pour le voir.

Note: 8/10

Miss Nessie

A l’occasion de la 63ème édition du Festival de Cannes, du 12 au 23 mai, Nessieland a décidé de nous faire une révue à la sauce… gonzo!! A défaut d’être sur la Croisette, eh bien, c’est la Croisette qui viendra à nous.  1ère chronique d’un festival décidément pas comme les autres…

Cannes 2010

Festival de Cannes 2010: Première et action!!

Les news du Jour

Aujourd’hui, comme c’est le 1er jour, il y aura la cérémonie d’ouverture  vers 19h15 (visible sur Canal + et CinéCinéma) et on débutera les festivités avec le tout nouveau Ridley Scott, Robin des Bois, avec Russel Crowe, Cate Blanchett, William Hurt, Mark Strong et aussi la jolie frenchie Léa Seydoux. Est-ce que le film sera aussi épique que sa bande annonce? Réponse demain!! En attendant, voilà le trailer…

Ceux qui sont attendus aujourd’hui

Dans l’ordre alphabétique: Alberto BARBERA, Kate BECKINSALE, Cate BLANCHETT, Stephane BRIZE, Josh BROLIN, Tim BURTON, Emmanuel CARRERE, Monia CHOKRI, Miranda COLCLASURE, Russell CROWE, Mireille DARC, Benicio DEL TORO, Claire DENIS, Alexandre DESPLAT, Arielle DOMBASLE, Michael DOUGLAS, Victor ERICE, Bingbing FAN, Patrick FERLA, Saverio FERRAGINA, Gael GARCIA BERNAL, Melody GARDOT, Julie GAYET, Laurent GREGOIRE, Edward HOGG, William HURT, Shekhar KAPUR, Huan-Ru KE, Liya KEBEDE, Dong Ho KIM, Shia LABEOUF, Diane LANE, Franck LANGELLA, Ling-Yu LI, Aïssa MAIGA, Linda MARRACCINI, Giovanna MEZZOGIORNO, Carey MULLIGAN, Hannah OLIVENNES, Vincent PEREZ, Olivier RABOURDIN, Niels SCHNEIDER, Kristin SCOTT THOMAS, Lea SEYDOUX, Mark STRONG, Max VON SYDOW, Xueqi WANG, Elsa ZYLBERSTEIN. Et ceux là, on sait qu’ils seront là.

Ceux qui devraient y être mais on est pas sûr: Xiaoshuai WANG, Marjane SATRAPI, Mathieu ALMARIC, Lucy WALKER, Christopher THOMPSON, Agnes VARDA, Raoul PECK, Daniel LECONTE, Francine BRUCHER, Jean-Jacques ANNAUD, Christian CARION, Pascal THOMAS, Julie BERTUCELLI, Sangsoo IM, Woody ALLEN, Timur BEKMANBETOV, Costa GAVRAS, Patricio GUZMAN, Hideo NAKATA, Rithy PANH, Thomas VITENBERG, Mrinal SEN,Michael WINTERBOTTOM, Mike LEIGH, Haroun Mahamat SALEH HAROUN, Bertrand TAVERNIER, Sophie FIENNES, Kejia ZHANG, Abderrahmane SISSAKO, David VERBEEK, Takeshi  « Beat »  KITANO, Pierre SCHOENDOERFFER, Serge AVEDIKIAN, Elia SULEIMAN, Yarden KARMIN, Michael HANEKE, Alfonso CUARON, Alejandro GONZALEZ INARRITU, Derek CIANFRANCE, Surgis KRASONS, Xavier BEAUVOIS, Abbas KIAROSTAMI, Claude PINOTEAU, Marco BELLOCCHIO, Chang-Dong LEE, Sergei LOZNITSA, Apichatpong WEERASETHAKUL, Marcia FARIA, Doug LIMAN, Daniele LUCHETTI, Rachid BOUCHAREB, Kornel MUNDRUCZO, Hang SANGSOO, Frida KEMPFF, Pedro PIO MARTIN PEREZ, Nikita MIKHALKOV.

Grosse décéption à l’horizon: Ridley Scott ne sera pas de la partie pour la montée des marches pour cause de convalescence. En effet, d’après Premiere.fr, l’aîné des frères Scott (pardon pour ce jeu de mot aussi foireux que la dite série télé) vient de se faire opérer du genou et sera donc absent. Mais bon, un Scott de perdu est un Loach de retrouvé. Après avoir boudé les organisateurs, le cinéaste engagé Britannique décide de revenir à la compétition, à la demande du président Thierry Frémeaux, le Président du Festival. Il viendra donc présenter son dernier film Route Irish, un an après son émouvant mais néanmoins excellent Looking For Eric (si vous ne l’avez pas vu, faites-le!! C’est un ordre!!), toujours selon Premiere.fr .

Cannes: strass, paillettes et compagnie

Le groupe Gorillaz sera en concert aujourd’hui même à Cannes à partir de 20h30, juste après le Grand Journal et dispo sur Canalplus.fr (La chance!!!).

Cannes vu par les twitteros

Parce qu’on ne peux échapper à la tweet-fever, les critiques vont aussi pas mal twitter lors du festival. Voici un petit bouquet garni de la twittosphère. Tweets de la journée jusqu’à environ 16h30.

@aurelferenczi Question : Doit-on libérer Panahi et Polanski ? Embarras de Tim Burton « Euh, oui, évidemment on est pour la liberté d’expression… » (il y a 1 heure)

@LesCineastes Découvrez notre joli beandeau spécial Cannes : http://www.lescineastes.fr/ les articles arriveront à partir de ce week end 🙂 (il y a 1 heure)

@InsideCannes Frédéric Mitterrand « quand je vais au Festival de Cannes, je penserai au juré qui n’est pas là » (Jafar Panahi, arrêté le 1er mars à Téhéran) (il y a 5 heures)

@a_Entertainment Cannes 2010 diary: lost in the Hood http://bit.ly/d14dpg (le titre m’a beaucoup fait rire, il y 41 minutes)

@InsideCannes Et voici le teaser pour se mettre en jambes http://bit.ly/dwEol1 #cannes (il y a 22 heures)

@FilmEmerge Festival de Cannes kicks off :: http://filmemerge.com/events/festival-de-cannes2010/ :: FilmEmerge® BE SEEN™ (il y a 2 heures)

@intothescreen Photo: Festival de Cannes 2010 http://tumblr.com/xuq9st8on (via Tumblr, il y a 3 minutes)

@FlashPresse Action, glamour et politique attendus pour l’ouverture de la 63e édition du Festival de Cannes http://goo.gl/fb/3dcZa (via Google, il y a 21 minutes)

@infosTV InfosTV (FR) : Sharon Stone sera absente du festival de Cannes… et du gala de l’amfAR ! http://bit.ly/bjXmu3#AolCine (il y a 37 minutes)

@newwavehooker Cannes je m’en branle tellement que je pars a Barcelone (il y a 2 heures)

Rendez-vous demain pour la 2e partie de notre voyage gonzo au tour du Festival de Cannes!!!

Miss Nessie

Lorsque j’ai vu pour la 1ère fois le trailer de « Kick Ass », les deux seuls mots qui sont sortis de ma bouche à ce moment-là étaient « Je veux !!! ». Ce qui veut dire dans ma langue qu’il faut absolument que je vois ce film. Alors j’avais déjà eu par ailleurs des échos sur ce film, en passe de devenir culte, et ces échos m’ont envie d’aller le voir au cinéma. Alors, prenant mon courage à deux mains, j’ai fait un tour du côté de la Gare de Lyon (dont une place de cinoche coûte la peau des fesses, soit dit en passant) samedi dernier et j’ai juste grave a-do-ré!!!

 

Kick Ass

Kick Ass... dans ta face!!

C’est vrai qu’en même temps, qui n’a jamais secrètement rêvé d’être un super héros, qui n’a jamais joué à la Ligue des Justiciers à l’époque de la primaire (là je m’adresse aux moins de 25 ans). Bon, je suis pas geek, plutôt geek-friendly et ma super héroïne préférée, c’était Wonder Woman. Ça l’est toujours d’ailleurs. Et bien, le jeune Dave Lizewski (interprété par Aaron Johnson) a décidé de pousser le délire encore plus loin en devenant un véritable super héros, Kick Ass. Sa devise: « Je ne suis pas invisible mais je peux vous botter le cul!! »…

 

 

Jusqu’alors, il ne cassait pas des briques mais s’en prenait plein la tronche. Jusqu’au jour, où s’en prend à un plus gros morceau et là, le buzz prend et Kick Ass devient une star malgré lui. Il sera d’ailleurs confronté à d’autres collègues (que l’on appelle dans le métier des « copycats ») dont Hit Girl (l’adorable Chloë Grace Moretz), son acolyte Big Daddy (Nicolas Cage dans toute sa splendeur et aussi sa moustache) et aussi Red Mist (sous les traits de Christopher Mintz-Plasse, mais si c’était McLovin dans « SuperGrave »). Dans sa lutte contre le crime, il tombera notamment sur le parrain de la mafia locale, Frank D’Amico (formidable Mark Strong). Et comme dirait mon père, c’est là que les emmerdes commencent… pour le plus grand bonheur des spectateurs.

Les effets spéciaux sont certes basiques et l’histoire relève plus du teen-movie que de l’adaptation de comic (parce que Kick Ass, à la base c’est un comic américain de Mark Miller et de John Romita Jr.) mais on peut leur pardonner parce que le film est vraiment vraiment excellent. Le film part dans un délire où TOUT est au 4e dégrés: les répliques, la caractérisation des personnages (le jeune geek, la jolie fille inaccessible (interprété par Lyndsy Fonseca, vue dans How I Met Your Mother et aussi dans… Les Feux de l‘Amour), les meilleurs potes prêts à tout pour de la chair fraîche (Tamer Hassan et Clarke Duke, vu dans le désopilant Sex Drive et meilleur pote de Michael Cera, le père un peu dépassé, le grand méchant et j’en passe) et aussi dans le scénario complètement loufoque qui ferait passer Spiderman pour un vulgaire téléfilm de l’après-midi de chez M6 et la Lanterne Verte pour une asperge en slibard moule-frites. Bon, j’ai l’air d’exagérer un peu comme ça mais bon, il faut dire que le film est risible à tous les points mais sans que ça devienne une parodie grotesque, c’est juste un film hyper drôle avec un scénar’ incroyablement audacieux, des acteurs au poil et une sacrée réalisation…

En plus, c’est cool de voir à nouveau Nicolas Cage dans un bon rôle (parce que ça n’a pas toujours été ça…) et aussi Mark Strong dans un rôle de méchant (parce que ça lui va tellement bien, bizarrement c’est dans ces moments là que je le préfère). Quant aux jeunes Johnson, Duke, Fonseca et puis surtout (mon cher et tendre) Christopher Mintz-Plasse, ils sont tous impeccables. Mais mes plus gros compliments vont à la jeune Chloë Grace Moretz qui a été – et je le dis sans prétention aucune – le rayon de soleil de ce film, comment ne pas résister à la jolie bouille de Hit Girl, l’une des super héroïnes les plus tarées de l’histoire? Elle ira loin cette petite, c’est moi qui vous le dit. D’ailleurs, amis geeks et puis les autres aussi, réjouissez-vous car un Kick Ass 2 est déjà en préparation et serait prévu pour 2012. Moi, j’attends ça avec impatience!! Woohoo!!

Si vous avez l’occasion d’aller le voir, faites-le. Avec ses potes un week-end, pour les chanceux encore en vacances pour quelques jours comme Bibi ou alors pour se détendre un chouia avant les partiels, c’est le must. Je vous le conseille très chaudement parce que ce film mérite vraiment d’être vu, il mérite de faire un énorme carton au box-office (comme Adèle Blanc-Sec, que j’ai aussi bien aimé) et puis surtout il est juste énormissime!!! Ruez vous dans les salles, parce que la Gonzo Dudette l’a dit…

 

Sortie le 21 avril 2010

Note: 4,5/ 5

Miss Nessie

Les plus cinéphiles parmi vous se souviennent forcément de ce film cultissime que fut « Las Vegas Parano » en 1998.

The Rum Diary

Permières images de "The Rum Diary"

A l’époque, l’équipe de France gagnait des matches voire des coupes du monde, Ricky Martin était encore hétéro et on n’avait pas à subir la télé-réalité à outrance… – Quelle belle époque *gros soupir*!! – et bien à cette même époque, Johnny Depp et Benicio del Toro faisaient équipe à l’écran pour l’adaptation ciné du best-seller de Hunter S. Thompson (ponte du Journalisme Gonzo parmi les pontes). Ce dernier avait même adoubé Depp pour ce rôle de son vivant (Hunter étant décédé il y a 5 ans)…

Et bien aujourd’hui, il rempile!!! 12 ans après, Johnny Depp retourne dans les bottes de Hunter pour l’adaptation ciné d’un autre de ses bouquins (perso, c’est celui que je préfère) « The Rum Diary » (« Rhum Express », c’est le nom du livre en français) et interprètera le rôle du personnage principal, Paul Kemp, jeune journaliste un poil désabusé (et aussi alter-égo de Hunter) et de sa lente descente en enfer – encore que c’est pas vraiment ça mais bon, je suis pas là pour vous raconter ni l’histoire ni le film 😉

« The Rum Diaries » donc, se situe à la fin des années cinquante, suit la trace de Kemp, jeune journaliste et alter ego de l’auteur, qui atterrit sur l’île de Porto Rico pour bosser comme pigiste pour le San Juan Daily News, un quotidien local lancé par un ex-communiste, dont la majorité des journalistes passe son temps à boire ou à se battre. À force de petits rhums, Kemp ne tarde pas à avoir le cerveau aussi engourdi que ses collègues, seulement réveillé de temps à autre par un coup de folie dû à la chaleur suffocante. Dès lors, il assiste impuissant à la dérive d’un petit paradis miné par la corruption et les ambitions économiques américaines…

Aaron Eckhart (vu dans « The Dark Knight« , « Le Dahlia Noir » ou encore « Paycheck« ), Amaury Nolasco (Sucre dans « Prison Break« ) et Amber Heard (la jolie demoiselle qui m’a bien fait rire dans « Délire Express« ) entre autres, complètent le casting du film réalisé par Bruce Robinson qui est prévu pour la fin de l’année…

Miss Nessie

Certes, ça fait un peu moins d’une semaine et l’évènement m’a complètement sorti de l’esprit, pour des raisons scolaires d’ailleurs, mais bon, comme on dit il faut battre le feu tant qu’il est encore chaud. Et puis tant qu’à faire, pourquoi ne pas célébrer avec un peu de retard l’anniversaire d’un grand monsieur de la musique alternative, je veux parler d’Henry Rollins.

Henry Rollins, un mec sacrément gonzo

Henry Lawrence Garfield, c’est son vrai nom,  naquit le 13 février 1961 à Washington, D.C., aux États-Unis, ville où il passera son enfance et son adolescence jusqu’au divorce de ses parents. Il est envoyé très jeune à l’école militaire, dont il déteste l’ambiance mais où il va acquérir le sens de la discipline et du travail qui, selon ses dires, lui ont permis de faire carrière.

Il s’implique dans la scène punk locale grâce à son ami Ian MacKaye (membre de Minor Threat et Fugazi) et devient chanteur du groupe State of Alert (SOA). Le groupe se sépare rapidement. Il enchaîne les petits boulots, jusqu’à ce qu’il fasse la connaissance du groupe Black Flag dont il deviendra un grand fan et ami. Très vite, il est invité à tenir le poste de chanteur. Sa présence scénique impressionnante fait de lui un membre permanent du groupe qui va connaître un grand succès jusqu’en 1986, année durant laquelle le groupe va se séparer. Henry Rollins va alors s’entourer de musiciens pour mener une carrière avec son groupe : Rollins Band (dont la plupart de ses chansons deviennent cultes comme Disconnect, Low Self Opinion, Ghostrider, Tearing ou encore (et de loin la meilleure de toutes) Liar où Rollins se déchaine littéralement sur cette chanson. Le clip de ce dernier est un must et mérite d’être vu (il est ci-dessous).

Parallèlement à la musique, Rollins a débuté très tôt une carrière d’acteur. La plupart de ses prestations se limitent toutefois à des seconds rôles. En 2009, il est A.J. Weston, personnage raciste et séparatiste, dans la série Sons of Anarchy (saison 2) mais a aussi figuré dans HeatBad Boys II, Lost Highway, Jackass le film ou encore Dogtown and Z-Boys. Il apparait dans le jeu vidéo « Def Jam: fight for NY »; un jeu de combat avec plusieurs rappeurs. Ses citations sont aussi intéressantes que si je l’avais eu en Philo en terminale, je me serais faite beaucoup moins chier et beaucoup doivent penser comme moi. 😉

Et en plus d’être chanteur, écrivain, acteur, compositeur, scénariste et producteur, Henry Rollins est aussi un homme de convictions. Profondément virulent envers les Républicains et le pouvoir de Bush, militant très actif pour les Droits de l’Homme et Droits des homosexuels (LGBT si vous préférez) mais aussi fervent opposant aux deux guerres en Irak et en Afghanistan, le père Rollins a d’ailleurs sorti un album en 2002 Rise Above: 24 Black Flag Songs to Benefit the West Memphis Three où on retrouve une ribanbelle d’artistes comme Chuck D (ex-Public Enemy), Iggy Pop, Cedric Bixler Zavala (The Mars Volta), Mike Patton (woohoo!), Tom Araya  (Slayer) ou encore l’indétrônable Lemmy (Motörhead).

En décembre 2009, il participe à l’album « The Flaming Lips and Stardeath and White Dwarfs With Henry Rollins and Peaches Doing the Dark Side of the Moon » des Flaming Lips, album reprenant l’intégrale de Dark Side of the Moon de Pink Floyd, notamment avec la canadienne Peaches.

Miss Nessie.

P.S.: Voici Liar juste pour vous, amis de la bonne musique et des clips à mourir de rire !!!

Qui n’a jamais siffloté ne serait-ce qu’une seule fois dans un ascenceur, sous la douche, dans sa voiture ou même en classe quand vous vous faites chier comme des rats mots le générique des Simpsons ?Qui n’a jamais fait de marathon « Futurama » entre copains le samedi soir ? Eh bien, réjouissons nous fans d’Homer et du robot Bender car aujourd’hui, son créateur Matt Groening fête son 56ème anniversaire.

Matt Groening, l'homme qui fait rire "jaune"

Matthew Abram Groening (né le 15 février 1954 à Portland, Oregon), est un dessinateur, scénariste et producteur de télévision américain. Il est le créateur du comic strip Life in Hell et des séries télévisées d’animation Les Simpson et Futurama.

Matt Groening a débuté dans le milieu professionnel avec Life in Hell, publiée dans le magazine Wet dès 1978, et qui est toujours présente dans 250 revues hebdomadaires. Life in Hell a attiré l’attention de James L. Brooks, qui contacta Matt Groening en 1985 pour lui proposer de travailler dans l’animation pour l’émission The Tracey Ullman Show, sur le réseau FOX. Initialement, Brooks voulait que Groening adapte l’univers de Life in Hell à la télévision. Cependant, craignant de perdre ses droits de publication, Groening a décidé de créer un nouvel ensemble de personnages, la famille Simpson, en nommant les membres d’après sa propre famille — mis à part pour Bart, anagramme du mot anglais brat (« sale gosse »). La série de courts métrages qui mettaient en vedette les Simpson est par la suite devenue une série à part entière, Les Simpson, qui est toujours diffusée aujourd’hui. Groening a souvent utilisé les noms de ses proches pour désigner des personnages des Simpsons, par exemple le Chef Wiggum (Wiggum étant le nom de jeune fille de sa mère), Homer (le prénom de son père), Lisa et Maggie Simpson (les prénoms des soeurs de Groening).

En 1997, Matt Groening s’est associé à David X. Cohen pour développer Futurama, une série d’animation se déroulant dans les années 3000, qui a débuté en 1999. Après quatre années de diffusion, la Fox décida d’arrêter la série en 2003, mais Comedy Central a commandé seize nouveaux épisodes pour une sortie directement en vidéo. En juin 2009, Comedy Central a demandé vingt-six nouveaux épisodes. Et Futurama renoue avec le succès notamment en Europe où se concentrent les plus gros fans.

Matt Groening a remporté 11 Primetime Emmy Awards, dix pour les Simpson et un pour Futurama, ainsi qu’un British Comedy Award pour sa contribution à la comédie en 2004. En 2006, il a remporté le National Cartoonists Society Reuben Award.

Marié à Deborah Kaplan de 1986 à 1999, il est aussi père de 2 enfants (Homer et Abe) et a pour beau-frère Craig Bartlett, le créateur du dessin animé Hé Arnold.

Miss Nessie.


Calendrier

août 2017
L M M J V S D
« Sep    
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

Blog Stats

  • 89,354 hits

Twitter de Nessieland

Erreur : Twitter ne répond pas. Veuillez patienter quelques minutes avant d'actualiser cette page.

Flickr Photos

Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire a ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par e-mail.

Rejoignez 5 autres abonnés