Nessieland : le blog

Archive for the ‘Chroniques’ Category

Hellfest 2011

Notre musique, notre religion

Après bien des galères, notre Summer Of Rock débute sur les chapeaux de roues avec la sixième édition du HELLFEST. Autant vous dire avec du très lourd…

Une programmation de folie et une réputation de « Valhalla terrestre pour les métalleux », et hop, nous voilà partis pour la charmante ville de Clisson, à quelques dizaines de kilomètres de Nantes. Accompagnée de mon « partner in crime » de chez RockYourLife!, nous avons pu découvrir « in real life » ce qu’était vraiment le Hellfest. Bah en fait, le HELLFEST c’est de l’amour, des circle pits, des tartines de l’enfer, des rencontres et aussi des caprices météorologiques. Mais bon, je vous laisse découvrir les live-reports complets que j’ai écrit pour RYL!

Live-report Day 1     —      Live-report Day 2      —      Live-report  Day 3

Galerie photos sur Facebook:   part 1   /  part 2 part 3  /  part 4  /  part 5

Les interviews de Nick Catanese (Black Label Society) et Marc Rizzo (Cavalera Conspiracy) doivent arriver incessamment sous peu…

Miss Nessie

Que dire d´un concert que la France a attendu depuis des années? Que dire de mon premier Bercy? Des sept heures dans le froid, la faim et la fatigue? En fait, c´est comme si tout ce que je suis sur le point de dire est superflu… mais pour des raisons qui n´engagent que moi, je vais quand même essayer de le faire.

System Of A Down

System Of A Down

Alors, ce concert de SYSTEM OF A DOWN, c´est l´histoire d´une bande de potes, réunis par leur amour de la musique et leurs origines arméniennes, qui décident de faire deux dates à Paris Bercy (pas la meilleure salle pour un son optimum, pour ne pas dire que c´etait de la grosse bouillasse). Après plus de 4 ans de hiatus, les SOAD sont revenus en force en France pour une tournée mondiale de réunion, non seulement les fans étaient au rendez-vous mais en plus, ils étaient pire que déchainés. Ce qui n´était pas le cas pendant la première partie, qui avait été assuré difficilement par …AND YOU WILL KNOW US BY THE TRAIL OF DEAD (qui avait assuré aussi difficilement la 1ère partie de AUDIOSLAVE). Comment vous dire… Ce groupe s´est fait littéralemt huer dès la fin de la première chanson, rarement un groupe s´est fait huer de la sorte bien que quelques personnes ont fait l´effort d´applaudir par respect pour le groupe. Le groupe jouait une sorte de rock psyché rempli de fausses notes, Bercy n´aidant en rien mais a eu la classe de remercier les mecs qui criaient « You suck!« . Je n´ai aucune idée de la manière dont ils vont s´y prendre demain soir mais s´ils pouvaient m´empecher de dormir sur les trois dernières chansons, ce serait sympa…

Bon, revenons à nos moutons, enfin á System, on a attendu dans un Bercy bouillonnant le début du concert pendant un peu plus de 45 minutes et là, le grand rideau avec le logo du groupe tombe durant Prison Song et c´est précisément à ce moment que la salle est devenue folle, même les gens en gradins ne se sentaient plus. Après, je serais juste incapable de vous raconter la suite parce qu´on a tous chanté à plein poumons sur chaque chanson, dansé comme le grand Serj « Dieu » Tankian, headbangué comme Shavo Odadjian (basse) et Daron Malakian (guitare / chant), quant à John Dolmayan, il a été nickel derrière les futs. Seul regret de cette magnifique soirée, nous n´avons pas eu droit à un rappel ni même à ATWA (mais on a eu War, Bounce et P.L.U.C.K et ca c´était juste excellent) mais la chanson qui a retenti juste après le concert, quand les lumières se sont allumées, c´était Epic de FAITH NO MORE. Pas besoin de vous dire plus, ceux qui me connaissent le mieux savent exactement le genre de chose que je fais…

Pour résumer la soirée, la setlist suffit. See you tomorrow à Bercy!!

Miss Nessie

SETLIST:

  • Prison Song
  • Soldier Side – Intro
  • B.Y.O.B.
  • I-E-A-I-A-I-O
  • Needles
  • Deer Dance
  • Radio/Video
  • Hypnotize
  • Question!
  • Suggestions
  • Psycho
  • Chop Suey!
  • Lonely Day
  • Bounce
  • Kill Rock ‘n Roll
  • Lost in Hollywood
  • Forest
  • Science
  • Darts
  • Holy Mountains
  • Aerials
  • Tentative
  • Cigaro
  • Suite-Pee
  • War?
  • Toxicity
  • P.L.U.C.K.
  • Sartarabad
  • Sugar

A chaque passage des QUEENS OF THE STONE AGE dans la capitale, ce sont tous les fans de rock (et en parliculier de stoner rock) qui se déplace en masse pour voir ce petit groupe formé en 1997 et qui est devenu tellement culte, notamment grâce à l’album Song For The Deaf (2002) mais son charismatique frontman, Josh Homme (ancien gratteux chez les mythiques KYUSS). Bien sur, ce passage à l’Olympia n’a pas échappé à la règle quand on sait que le concert a affiché sold out en 1/2 heure et que les billets se sont vendus à prix d’or (pour ne pas dire qu’ils coûtaient la peau du cul) et les fans sont venus très tôt et très nombreux pour assister à ce concert de rêve… Rien que d’y penser, j’en ai la larmichette à l’oeil!!

Queens Of The Stone Age

Queens Of The Stone Age (1998)

En bonne groupie, je débarque devant la salle mythique du boulevard des Capucines dans les coups de 15 heures et attends donc en bonne compagnie l’ouverture des portes. Quand on est groupie, on ne fait pas que dire des cochonneries sur le rouquin le plus appétissant du rock’n’roll, on court également très très vite pour aller à la barrière à nos risques et périls. Mais bon, ce qui nous importe c’est le concert et en particulier la première partie que personne ne connaissait THE DOUGH ROLLERS, un groupe rockabilly américain tout droit sorti d’un des films d’Elvis Presley plus que prometteur!!! La voix du chanteur Malcolm Ford (si si comme Harrison, qui n’est autre que son papa) est sans égale même si on sent bien la papatte Little Richardienne là dessous!! Certes, ce n’est pas ce qui tournerait en boucle dans mon MP3 mais bon, ça se laisse écouter et les gens ont relativement bien apprécié…

The Dough Rollers

The Dough Rollers

« L’Olympia vous offre maintenant 20 minutes d’entracte… » Le temps pour les fans de régler leurs appareils photos, d’aller se chercher une bière ou alors de discutailler entre fans de la suite du programme, qui ne se fit pas attendre car aussitôt que l’entracte fini, le quintet stoner (et son géantissime frontman habillé en curé) déboule sur la scène de l’Olympia avec un Regular John des plus tonitruants. En effet, le but premier de ce concert c’était de jouer en intégralité leur tout premier album, un éponyme, sorti en 1998 et véritable pépite pour tout fan de stoner rock, surtout quand on sait que la dite galette contient des tubes comme If Only, Mexicola, Walkin’ On The Sidewalks ou le magnifique You Can’t Quit Me Baby qui a clôturé le set magique du 1er album de QOTSA. Mention spéciale à The Bronze et Hispanic Impressions!! Durant lequel Josh Homme semblait nettement plus bavard et plus chaud bouillant que lors de sa dernière apparition à Rock En Seine l’été dernier (Qui a dit plus enrobé aussi? Dénoncez-vous!!). Le reste du groupe a tout donné (sauf peut-être Troy Van Leuwen mais là je chipote) et en particulier Môsieur Joey Castillo qui est sans conteste un des meilleurs batteurs au monde et qui a carrément fait oublié les patapoums assassins d’un certain Dave Grohl!! On a eu droit à des cris (beaucoup), des pleurs (quelques uns) mais aussi à des poussées d’hormones (trop nombreuses mais justifiables mine de rien).

C’est alors qu’ils redébarquent au bout de quelques minutes et PAM Monsters In The Parasol en pleine face!! Et puis Turning On The Screw, qui restera avec le planant Into The Hollow et le (relativement dispensable) Make It With Chu, les seuls titres du dernier album des reines de l’âge de pierre, Era Vulgaris, sorti en 2007!! Une belle aubaine pour les fans qui attendent avec impatience leurs prochains concerts au Main Square d’Arras le 1er juillet et aux Eurockéennes – où Nessieland sera présent dans le cadre de notre Summer Of Rock 2011 – le 2 juillet juste avant l’enregistrement de son successeur qui doit avoir lieu juste après le festival de Glastonbury et prévu pour la fin de l’année 2011. Le premier rappel se termine avec mon titre préféré, Little Sister

QOTSA

QOTSA

Josh Homme offre bien gentiment des shots de vodka et ceux qui, comme moi, furent aux premiers rangs, le sentent encore dans l’estomac au moment où je vous parle…

Deuxième rappel (avec les compliments du chef) et nous offre non pas un mais trois desserts des plus succulents:  un Go With The Flow orgasmique, un No One Knows plus éléctrifiant que jamais et un A Song For The Dead des plus sensationnels. La boucle est bouclée, après près d’une heure 40 de show avec deux rappels, on est aux anges, ravis, comme si on venait de se pendre la baffe de son vie ou que Cupidon vous ai soudain touché en plein cœur. Et c’est vrai qu’en tant que grande fan de stoner, Cupidon m’a touché en plein cœur car ce concert était de loin un des meilleurs concerts auquels j’ai pu assister du groupe (et c’était ma 4e fois) mais aussi en tant que fan de rock en général!!! Un concert de fou, un public bien remonté, des groupies fort sympathiques, une très bonne compagnie et une Gonzo Dudette dans un état à la limite du stellaire… La dépression post-concert risque d’être extrêmement rude mais bon, que peut-on espérer de mieux après un concert pareil? Ah si je sais, un encore meilleur show lors des Eurockéennes (et jour anniversaire de votre serviteuse)…

Miss Nessie

SETLIST

Regular John
Avon
If Only
Walkin’ on the Sidewalks
You Would Know
How to Handle a Rope
Mexicola
Hispanic Impressions
The Bronze
Give the Mule What He Wants
I Was a Teenage Hand Model
You Can’t Quit Me Baby

RAPPEL:

Monsters in the Parasol
Turning on the Screw
Into the Hollow
Make It Wit ChuLittle Sister

RAPPEL 2:

Go With the Flow
No One Knows
A Song for the Dead

Après cette pause complètement indépendante de ma volonté, vous remerciez ma fac pour cela, je reviens (tant bien que mal) afin de vous présenter quelques articles qu’il m’arrive d’écrire dans mon temps libre pour d’autres webzines…

Hollywood Undead

Hollywood Undead

Toujours pour nos amis et collègues de RockYourLife!, il m’a été demandé de réaliser une chronique du tout dernier album des Hollywood Undead, intitulé « American Tragedy » et dispo dans toutes les bonnes crêmeries depuis le 5 avril dernier.

Vous pourrez lire le résultat ici même et n’hésitez pas à nous envoyer vos avis via notre page Facebook, Twitter (avec le hashtag #Nessieland) ou encore par mail

Miss Nessie

Comme vous le savez désormais, tous mes écrits, publications et autres tribunes seront automatiquement posté ici, afin que vous gardiez toujours un oeil sur ce que je fais et donc, ce qui pourrait vous intéresser. C’est pour cela que je m’amuse à aller de temps en temps geeker et blogguer dans d’autres sites. C’est pour cela que j’ai bien gentiment accepté de chroniquer quelques albums pour nos amis de chez RockYourLife!

The Strokes version 2011

The Strokes version 2011

 

L’évènement de la semaine c’est bien évidemment la sortie du nouvel album des Strokes qui s’intitule « Angles« . Un album hyper attendu donc et qui n’aura pas échappé à l’oeil critique et l’ouïe sensible de votre serviteuse, j’ai nommé moi!! Et je dois reconnaître que je n’ai pas été archi tendre avec eux… Enfin, vous pouvez lire la chronique en suivant ce lien et bien sur, nous donner votre avis sur « Angles » et The Strokes en général via Twitter (@NessielandRocks), Facebook (Nessieland Inc.) ou encore par mail (nessielandrocks@gmail.com).

 

Miss Nessie

Black Label Society

Black Label Sociey

Comme vous le savez sans doute, Nessieland n’est pas mon unique lieu de récréation… Bah oui, sinon ce n’est pas drôle professionellement, ni humainement. Alors de temps en temps, j’écris pour d’autres webzines.

Aujourd’hui, je vous montrer ce que j’ai fait récemment chez nos amis de RockYourLife! où  on m’a gentiment demandé de produire un beau live report de ce que concert qui a été tout bonnement FAN-TAS-TIQUE!!!

C’était le vendredi 25 février dernier à la Cigale, une bien belle salle d’ailleurs, et la première partie était un groupe très très sympathique répondant au nom de Godsized. Mais pas de spoil alert pour vous, si ça vous branche de le lire, faut cliquer juste ici

Pour donner son avis, ce sera en bas de l’article, sur notre page Facebook, notre Twitter ou bien par mail nessielandrocks@gmail.com

Miss Nessie

NOTE DE LA REDACTION: CECI EST NOTRE 200e ARTICLE!!! 😀

 

Le saviez-vous? La Finlande est de loin le pays le plus heavy metal d’Europe car c’est le seul pays où il est possible de voir plusieurs groupes de métal entrer les charts de ce pays scandinave et qui a aussi permit de gagner l’édition 2005 de l’Eurovision avec le groupe de monstres gentils, Lordi et son Hard Rock Hallelujah… Ça c’était pour planter le décor.

Relentless Reckless Forever, sorti le 7 mars

Relentless Reckless Forever, sorti le 7 mars

Eh bien, sachez chers lecteurs que ce pays fourmille de groupes de métal tous plus excellents les uns que les autres et dans leurs domaine de prédilection car ils ne font pas TOUS le même style de métal (black metal, Death mélodique, metal à chanteuse, hard rock, grindcore, punk gothique et j’en passe…) et il y en a au moins 3 que vous vous devez de connaître : HIM, si vous aimez l’esprit gothico-romantique à la Tim Burton, Nightwish si vous aimez les belles voix féminines et les sonorités épiques et Children Of Bodom, si vous préférez les trucs nettement plus bourrins. Et puisque HIM n’a pas trop d’actualité et que son dernier album n’a pas eu le succès escompté et que l’on entend davantage parler de l’ancienne vocaliste de Nightwish, Tarja Turunen (et de son nouveau projet solo) que du groupe en lui-même, alors je me tourne vers Children Of Bodom qui, oh, quel hasard, a sorti il y a quelques jours (le 7 mars plus précisément) son 8e effort, intitulé Relentless Reckless Forever. Groupe qui a connu les faveurs de bons nombre de metalheads grâce aux albums Hate Crew Deathroll (2003) ou encore l’album de reprises sorti il y a deux ans, Skeletons In The Closet contenant le mythique Oops I Did It Again, version power metal.

Cette galette est, comparée aux autres albums du groupes, plus court et surtout plus catchy, comme si le temps était compté et que du coup, il faut expédier ses chansons telle une mitraillette dans la chambre couverte de posters de Justin Bieber. Toujours est-il que les neuf titres qui ornent cet opus sont loin, très loin d’être mauvais. On peut même dire qu’ils sont très efficaces tant ils vont droit au but. Il me sera donc inutile de vous dire que le titre qui ouvre, Not My Funeral, est archi tonitruant et très bourrin mais avec cette petite touche « bodomienne » si chère à la bande à Alexi Laiho (chanteur et gratteux de son état) qui consiste à délivrer dans nos écoutilles une cavalcade de riffs parfaitement accompagnée du clavier de Janne Wirman. Et le reste de l’album est ainsi, tout comme le titre éponyme de l’album, Relentless Reckless Forever, ou encore le single Was It Worth It? qui est décrit par son frontman de « chanson pour faire la fête ». Je dois reconnaître qu’il n’a pas complètement tort. En tout cas, je vous le conseille chaudement ce single.

Children Of Bodom

Children Of Bodom

Et même s’ils ont voulu nous montrer que cet album est celui de la maturité, je serais tentée de dire à ces messieurs que même si ça ne ressemble pas au COB du début, bah ça reste du Children pur jus avec toutes les caractéristiques que l’on peut trouver : les riffs, les solos de barge, le mélange des genres, à la fois hyper mélodique, très épique et aussi méga méchant. Comme sur les titres Pussyfoot Miss Suicide ou encore le titre qui clôture l’album, Northpole Throwdown (petite référence cachée à leur patrie, pays située au sud du Pôle Nord) qui est de loin un des meilleurs titres de l’album et qui, j’en suis sûre fera mouche lors de concerts et en particulier celui très attendu au Zénith le 2 mai prochain (cherchez pas les mecs, c’est déjà complet!!).

Pour moi les titres qui se détachent sont Cry Of The Nihilist et Shovel Knockout, que je trouve excellent car vraiment différents dans le sens où ils nous emmènent dans des univers différents et où on sent que malgré tout, il y a eu du boulot et de la recherche dans les textes et les mélodies. De plus, ils sont aussi tous les deux vraiment intéressants à écouter quand on est fan du groupe depuis un moment. Seul Ugly ne semble pas attirer mon attention plus que ça mais ça n’engage que moi!!!

Alexi Laiho

Alexi Laiho, frontman et guitar hero

Pour résumer, l’album est très bon et se dirige aussi pour un beau et franc succès auprès de ses fans (et c’est vrai qu’ils sont très dévolus chez la COBHC – comprenez COB-HateCrew), on est pas trop déçus au final et donne un rendu suffisamment chouette pour qu’on ait hâte, oh oui hâte de les voir en concert. Si vous ne connaissiez pas ou peu Children Of Bodom, cet album pourra vous donner de bonnes bases!!! Une bonne réussite, sans surprises certes, mais bonne quand même.

Album: Relentless Reckless Forever
Sortie le 7 mars chez Universal France
Note: 7/10

http://www.cobhc.com
http://www.myspace.com/childrenofbodom
http://twitter.com/cobhc

Miss Nessie.

Aaaaah la Suède, ses fjords, ses polars, ses enseignes de meubles low-cost. Et sa foisonnante scène rock, pop et metal. Eh oui, des artistes comme Robyn, Lykke Li, The Cardigans ou encore Opeth et In Flames sont bel et bien du pays de Fifi Brindacier et de Mikael Blomkvist. Certes, il n’y a pas que Abba et Neneh Cherry en Suède. Une chose est sure, en 2011 il va falloir compter sur un tout nouveau groupe, les Royal Republic.

Royal Republic

Royal Republic

Depuis 2007, ce quatuor originaire de Malmö (prononcez malle-meuh) fait du bon rock’n’roll bien barré et à l’énergie punkisante qui en ravira plus d’un. En somme, si vous avez aimé The Hives ou The International (Noise) Conspiracy, vous les adorerez!! Sonorités entraînantes, refrains entêtants et humour carrément potache, ce premier effort « We Are The Royal » est une petite pépite dans le genre, si ce n’est la pépite de ce début d’année 2011. Décorticage de la bête…

We Are The Royal

We Are The Royal: une pépite made in Sverige

 

L’album commence de manière tonitruante avec l’intro « The Royal » où l’on découvre les qualités vocales de Adam Grahn, alliant punk et rockabilly. Le ton est déjà donné avec le 2e titre, « President’s Daughter » qui allie bon riffs, textes hilarants et mélodies catchy. En parlant de paroles hilarantes, l’album contient pas mal de titres complètement tarés et catchy dont les paroles parlent essentiellement de filles, de conquêtes féminines et… de meufs! Les exemples les plus criants seraient « Tommy-Gun », « I Must Be Out Of My Mind », « Walking Down The Line » (un hommage à Johnny Cash?) ou encore l’excellentissime nouveau single « Underwear », qui peut se vanter d’avoir le meilleur refrain au monde: « I can see your underground from down here… » (trad: je peux voir tes sous-vêtements d’ici-bas). Chez moi, on dit que c’est PRICELESS!!!

 

Enfin bref, toujours est-il que ce premier effort des Royal Republic est très prometteur, les singles « Tommy-Gun », « All Because » (qui les a fait connaître en Scandinavie, fin 2009) ou encore « Underwear » (dont le clip devrait arriver incessamment sous peu) en sont de belles preuves. Sinon, il y a aussi des titres plus rentre-dedans comme « OiOiOi » (oui oui, comme le style musical), « The End » ou encore « Cry Baby Cry » qui fait énormément penser à The Hives comme si l’intro aurait été pompée à « Walk Idiot Walk » mais là, non ça passe crème comme dirait les djeun’s…

 

(clip de Tommy Gun)

 

S’il y a un titre qui caractérise parfaitement bien cet opus, c’est bien « Good To Be Bad ». Cette chanson a le don de vous rendre jouasse, vous faire shaker du booty en soirée et qui serait archi efficace en Sabotage Rock Party (juste pour éviter de mettre des trucs comme les Black Eyed Peas ou les Plasticines, après moi je dis ça, je dis rien…). Certes, ça sent l’influence Hives/Danko Jones à plein nez, mais qu’importe parce que ce titre est taillé pour la scène, en plus d’être l’une des plus réussies de l’album. « Full Stream Machine » est aussi super sympa, puissant et à la fois drôle avec ses petits effets futuristes façon « Retour du Jedi ». En tout cas, la mayonnaise prend très facilement avec cette album, le son et la prod sont sans défauts et il vous rendra de bonne humeur en toute circonstances. Quand on vous dit que la musique adoucit les mœurs…

 

Pour conclure, je dirais que cette première galette est réussie, que c’est un album à posséder parce qu’un truc qui vous fait sautiller comme un cabri 12 fois par titre et que le rock’n’roll scandinave est plus que vivant et c’est tant mieux!! Quelque chose d’autre à ajouter à cela? Oui, que cet opus des Royal Republic est indispensable et quand bien même il ne se serait pas encore, croyez moi, parole de Gonzo Dudette, IL LE SERA!!! Tack så mycket Royal Republic!!!

 

Miss Nessie

 

  • Album: We Are The Royal
  • Sortie le 17 janvier 2011 chez Roadrunner Records
  • Note: 9/10

 

www.royalrepublic.com

www.myspace.com/royalrepublicsweden

www.twitter.com/royalrepublic

 

Cela faisait un sacré bout de temps que Nessieland n’avait pas publié de Gonzo News et bien maintenant, les « Gonzo News » reviennent et vous apporterons des nouvelles toutes fraîches de l’univers musical alternatif et qui sera, une fois encore séparées en 2 parties: la partie « métal » et la partie « punk ». Et cet article vous est offert par nos confrères et amis de chez Metalorgie.com

Gonzo News 2.0

Gonzo News 2.0

PARTIE METAL

Souvenirs, souvenirs: Qui se souvient encore du groupe Alien Ant Farm? Personne? Ma fois, c »est vraiment dommage car il y a excatement 10 ans, l’album ANThology était sorti dans les bacs. Ce groupe américain est surtout connu dans le monde des B.O de « Teen Movies » grâce à cette repris de Smooth Criminal, interprété par un certain Mickael Jackson. Pour vous raffraichir la mémoire, c’est ici que ça se passe.

Dans la rubrique « Rééditions à gogo », Earache (le label ès musiques extrêmes) nous ressorte non pas une mais trois rééditions de Napalm Death. Inside The Torn ApartWords From The Exit Wound et Breed To Breathe sont tous les trois réunis au sein d’un même coffret.

 

Dans la rubrique « Gigs in the teeth »: les Cavalera Conspiracy (mais oui,  le side project des frangins Cavalera avec en plus Joe Duplantier de Gojira) sera à l’Elysée Montmartre (Paris) le 20 juin.
Festival toujours avec de nouveaux noms pour la date suisse du grand festival itinérant Sonisphere : Mr Big, In ExtremoPapa Roach, Hatebreed, Kreator, Hammerfall, Judas Priest, Mastodon, Cavalera Conspiracy, Gwar, Escape The Fate, Devildriver et Times Of Grace s’ajoutent à l’affiche du Sonisphere Suisse (avec Iron Maiden, Slipknot, Alice Cooper). Tout ce beau monde se réunira à Bâle, St Jakob, non loin de Mulhouse… Avis aux amateurs, donc!!
On part en direction de Montréal pour le Heavy MTL 2011, qui auront lieu les 23 & 24 juillet. Les premières têtes d’affiches sont Megadeth, Godsmack, Disturbed, In Flames, Kingdom Of Sorrow et Machine Head. Rien que ça 😉
D’après une récente interview de Fred Durst, Gold Cobra, le prochain Limp Bizkit, annoncé il y a plus de 18 mois et prévu pour l’an dernier est actuellement (encore et toujours) en phase de mixage. Espérons que cet album ne soit pas le Chinese Democracy des Guns N’ Roses… surtout quand on sait ce que ça a donné!!!

Les thrasheurs de Cleveland, Chimaira ont changé de label et ont tout récemment signé chez eOne pour la distribution en Amérique et au Japon. On espère entendre du nouveau les concernant!!

Dans la rubrique « What The Fuck!?! »: Munky, le gratteux de Korn a affirmé sur le site Zoiks! Online,que le groupe bossait déjà sur de nouvelles compos, qui serait inspiré de la scène grunge de Seattle. Vous, je sais pas mais moi j’ai peur.

Vous voulez pleurer un bon coup pour les festivals d’été, c’est le moment. Par pure décence, je ne parlerais pas du Download Festival mais pour une fois, la programmation des Eurockéennes de Belfort font plaisir à voir. Donc, du 1er au 3 juillet prochain, vous aurez l’occasion de voir: Arctic Monkeys, Motörhead, Arcade Fire, House of Pain (yeaaaaah!!!), Tiken Jah Fakoly et Boys Noize entre autres.

Dans la rubrique « L’espoir fait vivre »: Ozzy Osbourne a envisagé une possible réunion de Black Sabbath avec le Line-Up originel du groupe, incluant une tournée mondiale ainsi qu’un nouvel album. Bien sur, rien n’est encore fait, a t-il gentiment précisé lors de son Interview sur ABC News Radio. En tout cas, on attends ça de pied ferme!!

PARTIE PUNK

Le prochain album de Thursday sortira en avril prochain chez Epitaph Records. Artwork et tracklisting à venir…

Roger Miret (Agnostic Front) et son side-project Roger Miret And The Disasters vient de sortir Gotta Get Up Now. Il est dispo dès maintenant en stream intégral sur ce lien.

Le leader de The Gaslight Anthem, Brian Fallon, a détaillé sur son blog son nouveau side project. Il créera ses compositions avec son guitariste Ian Perkins sous le nom de The Horrible Crowe.

 

Dans la rubrique « Nous, on adooooore faire des reprises »: Nada Surf a mis en ligne sa version de Enjoy The Silence de Depeche Mode. Décidément, cette chanson ne cessera jamais d’être reprise et re-reprise. Espérons qu’elle ne connaisse pas la même malédiction que My Way, Hallelujah et Yesterday

 

Prochain épisode la semaine prochaine…

Miss Nessie

 

ps: On s’excuse platement pour la présentation plus que brouillon…

Une fois n’est pas coutume, mon premier gros coup de cœur de l’année – et nous sommes presque fin janvier – n’est pas musical, mais littéraire. Mais pas n’importe quelle littérature, le genre de littérature que l’on omet très (trop) souvent de citer parce que c’est moins glamour que Houellebecq ou Jane Austen. Je parle de la bande dessinée. Un art à part entière qui pullule de petites pépites. L’avantage d’avoir un job étudiant de rêve comme le mien, c’est de pouvoir être très près de ces pépites et c’est ainsi que j’ai fait la connaissance de Nemi Montoya.

 

Nemi
Nemi: bad, black and beautiful

Nemi est norvégienne, a autour de 25 ans, c’est une gothique pure et dure qui en plus d’avoir une forte personnalité et un avis sur tout, est aussi une grande amatrice de chocolat, de beuveries au pub avec sa meilleure amie Cyan (qui a les cheveux cyan, d’où son nom) en plus d’être végétarienne, défenseuse des animaux et anti-bimbo. Le genre de nenette qu’on aimerait rencontrer plus souvent dans la vraie vie, quoi. Toujours est-il que Nemi est aussi incapable de se trouver (et de garder) un boulot et qu’elle refuse de grandir ni même d’envisager une vie de couple. Ah oui, j’ai aussi oublié de vous dire que ladite Nemi Montoya est aussi la femme la plus connue de Norvège tant la BD tirée de ses tranches de vie est archi populaire en Scandinavie, en particulier en Norvège et en Suède.

En 2009, la BD est enfin traduite en français après avoir brillamment traversé les frontières (Grande-Bretagne, Allemagne, États-Unis) et est publiée sous le nom de « Nemi ». Son auteur, la jeune Lise Myhre, jeune trentenaire fan de la culture métal, s’est inspirée de sa vie pour écrire les aventures de son héroïne de choc car les premières planches de Nemi sont en fait des critiques de la vie underground au Norvège, pays connu pour ses groupes de black metal et la mauvaise réputation que cette musique inspire. Les sujets sont devenus au fil des années un petit plus sérieux, se concentrant sur des sujets universels comme les soirées au pub, les coups d’un soir, la peur de grandir et les stéréotypes de la société mainstream dans lequel elle vit. Son succès dans son pays natal est tel – la BD existe depuis 1997 là-bas – que plusieurs compilations sont sortis et que l’on pourrait qualifier de bande originale à un comic qui l’est autant.

BD Nemi

La causticité de Nemi peut faire penser à la mythique Daria Morgendorffer, qui a bercé l’enfance et l’adolescence de milliers de personnes et puis, elle a aussi des fans connus de choix qui vont de Tori Amos à Alice Cooper. Et ça c’est pas rien!!

Lise Myhre et Alice Cooper
Lise Myhre et Alice Cooper

Que pourrais-je vous dire de plus sur cette BD, mise à part qu’elle est excellente, très bien faite, très drôle aussi et qu’elle donnera envie aux jeunes padawans et autres anti-metalheads de sympathiser avec ces gentils Bisounours aux goûts musicaux plus que différents des leurs? Peut-être que cette BD est tout public, pas trop chère (une petite douzaine d’euros), super intéressante et que vous ne pouvez QUE adorer ce sacré petit bout de femme. Et pour ceux que ça intéresserait, deux tomes sont déjà sortis et un 3e est prévu pour la rentrée prochaine…

En un mot comme en cent, c’est ex-cel-lent!!! A lire sans modération.

Miss Nessie


Calendrier

décembre 2020
L M M J V S D
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

Blog Stats

  • 92 237 hits

Twitter de Nessieland

Erreur : Twitter ne répond pas. Veuillez patienter quelques minutes avant d’actualiser cette page.

Flickr Photos

Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire a ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par e-mail.

Rejoignez 4 autres abonnés