Nessieland : le blog

Chronique CD – « Women And Children Last » des Murderdolls

Posted on: 09/14/2010

En voilà une sortie CD qui méritait toute notre attention dans Nessieland, je parle bien sur du dernier album des Murderdolls sobrement intitulé « Women And Children Last », traduisez « Les femmes et les enfants en dernier » pour les non-anglophones.

Women And Children Last
Women And Children Last, le 2e album des Murderdolls

Je vous embrouille un peu? D’accord. Petit rappel des faits : les Murderdolls est un groupe fondé au tout début des années 2000 avec Wednesday 13, chanteur loufoque tout droit sorti d’un film de Rob Zombie et Joey Jordison que la plupart des metalleux du monde connaît pour être le batteur de Slipknot bien que dans les Murderdolls, il joue aussi et surtout de la gratte. Bon, pour la partie bio, c’est fait. Ils ont sorti un 1er effort éponyme en 2003 aussi surprenant que réussi et puis ensuite, plus grand-chose. Et là, ils reviennent avec un nouvel album sorti le 30 août dernier, et pour l’avoir écouté en attendant que mon vieux PC tout pourri fonctionne correctement, je peux vous dire qu’il y a que du bon.

Cette jolie galette à la pochette façon film de Robert Rodriguez qui rend bien justice à nos deux petits zombies est donc composée de 15 titres, tous aussi barrés, aussi rock’n’roll et aussi bons!! Le genre de friandises qui me rend toute guillerette à quelques semaines d’Halloween, mais ne vous y méprenez pas : n’attendez pas le 31 octobre pour l’écouter, il marche très bien les autres jours de l’année, faites confiance à la Gonzo Dudette!!

 

Le duo infernal

Wednesday (gauche) et Jordison (droite): les deux font la paire

Prenons exemple avec les deux « singles » de l’album, à savoir Summertime Suicide et My Dark Place Alone, titres emblématiques de l’album qui arrivent à nous mettre dans l’ambiance et l’univers du groupe, une sorte de série z horrifique hyper décalée genre 45e degré. Et c’est tout le temps comme ça, pas de ballades romantiques (pour le romantisme, il faudra vous contenter des excellents Blood Stained Valentine et Pieces Of You), ni de rengaines joyeuses à la René la Taupe (en revanche, on lui chantera volontiers Homicide Drive, Whatever You Got, Im Against ou encore le très drôle Hello, Goodbye, Die) mais on peut y trouver des hymnes à la 3e année de Licence qui m’attend dans les jours à venir comme Bored Til Death ou Nothings Gonna Be Alright. Pour conjurer le mauvais sort, autant le faire avec de bonnes références musicales, non?

Sinon dans la liste de mes petits chouchous de la galette, deux titres sortent du lot à savoir Drug Me To Hell (un possible prochain « hit » bien calibré radio mais pas que) et aussi Death Valley Surperstars dont les paroles, en plus de m’avoir fait hurler de rire, sont aussi très catchy, à l’esprit punk rock hyper revendiqué mais sur eux, ça fait nettement plus classe que si c’était du My Chemical Romance. Bien sur, on sent pas mal la papatte du père Wednesday 13 (si vous avez écouté ses deux précédents albums solo, vous saurez instinctivement de quoi je parle, sinon faites un tour sur Spotify, Jango ou Deezer) mais il est vrai que la gratte du petit oui mais espiègle Joey Jordison y est quand même sacrément efficace.

Et puis comment évoquer cet album sans parler de la participation de Mick Mars, mythique membre de Mötley Crüe (alias ze plus grand groupe de glam du monde entier) qui joue sur Drug Me To Hell et Blood Stained Valentine, deux titres qu’il a aussi co-écrit avec Wednesday et Jordison. Et ça, ce n’est pas juste exceptionnel dans la vie d’un artiste ou dans celle de l’oreille d’un(e) metalhead aguerri(e), c’est tout bonnement LA classe internationale.

Ne cherchez pas une quelconque évolution musicale sur ce CD, non pas qu’elle soit inexistante, c’est juste qu’en ce qui les concerne, il n’y en a pas tant besoin que ça. Les paroles sont peut-être un peu plus second degré que dans le 1er album mais l’esprit est resté intacte après toutes ces années et puis les mélodies sont peut-être un peu plus rentre dedans qu’auparavant. Toujours est-il que cet album est clairement une réussite et je recommande à tous les fans ouverts d’esprit de Slipknot, tous les fans hardcore de Rob Zombie, Wednesday, de Mötley Crüe et ainsi qu’à tous ceux qui ont à un moment ou à un autre de leur vie de melamine a eu une période glam de jeter à corps perdus vos écoutilles sur cette galette, dédié au regretté Paul Gray de Slipknot tout de même (bah c’est vrai quoi!!), qui ne vous décevra pas.

Note attribuée: 8/10

 

Sorti depuis le 30 Août 2010 chez Roadrunner

Plus dinfos sur leur website, leur MySpace ou encore leur compte Twitter

 

Miss Nessie

 

PS: Si vous êtes partis les voir en 1ère partie des Guns’N’Roses, merci de laissez vos impressions, commentaires et autres liens pour d’éventuels photos live. Elles seront naturellement les bienvenues dans Nessieland.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Calendrier

septembre 2010
L M M J V S D
« Août   Oct »
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930  

Blog Stats

  • 89,509 hits

Twitter de Nessieland

Erreur : Twitter ne répond pas. Veuillez patienter quelques minutes avant d'actualiser cette page.

Flickr Photos

Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire a ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par e-mail.

Rejoignez 4 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :