Nessieland : le blog

Live-Report Madness @ Zénith, Paris (14.05.2010)

Posted on: 05/22/2010

Le plus grand dance-floor de tout Paris se trouvait au Zénith de Paris en ce vendredi de l’Ascension. Non, David Guetta n’y était pas, trop occuper à fanfaronner avec ses copains pipoles à Cannes, mais Madness y était. Alors certes, c’était une autre ambiance mais putain qu’est ce que c’était bon!!! Et avec Les Wampas en 1ère partie, il fallait juste s’attendre une soirée de folie. Pari réussi!!

Madness ont cassé la barraque

Madness ont cassé le barraque!!

19h00 du côté de la Porte de la Villette, je me rends au Zénith où je suis surprise de voir un public aussi éclectique: il y avait du jeune, du vieux, du trentenaire, du noir, du blanc, du gris, des crêtes et… des anglais. En effet, pas mal de fans de la 1ère heure sont traversé la Manche pour venir applaudir la bande à Suggs. Le temps d’acheter un t-shirt au stand de merchandising et d’avaler sur le pouce un Mixte que je me rende compte que le Zénith commencer à sérieusement bouillonner. Ceux qui bouillonnaient déjà étaient les petits jeunots (11-12 ans grand max) qui en ont fait rire plus d’un parce qu’ils voulaient déjà « se faire un vigile » et pogottaient déjà comme des grands.

En parlant de malades, les Wampas arrivent à 19h50 et entament une première partie mo-nu-men-tale!!! Encore plus barges que lors de leur dernier concert de barges à Colombes (eh oui, ils sont passés il y a 2 mois dans ma ville natale et c’est une des rares fiertés que j’ai vis-à-vis de cet endroit, hormis le Racing-Métro 92), le combo a une nouvelle fois tout déchiré. Arrivés en chantonnant l’air de Macho Man et en passant les bons vieux « tubes » du groupes comme Je veux pas que tu t’en ailles, Rimini, Manu Chao, Comme un enfant ou encore le finish d’Où sont les femmes où les donzelles sont invitées à danser sur scène. Bien sur les guitares vintages de l’inimitable Didier Wampas ont aussi été de la partie: Bob l’Éponge acoustique et Hello Kitty en électrique ainsi que les interventions du public (le featuring avec un fan dans Universal, le porte-micro, le « kiss » de fin de concert ou encore le petit bout de chou – où le plus jeune du public doit venir sur scène – sur C’est Noël). Bien sur un concert des Wampas, c’est une grosse fiesta où tout le monde s’amuse tous ensemble, un grand moment festif comme à l’époque médiévale avec les sacrifices de jeunes vierges en moins. Juste énorme mais là, ce n’était que la 1ère partie…

Une petite pause de 20 minutes, histoire de reprendre ses esprits et son souffle parce qu’une 1ère partie avec Les Wampas, c’est vachement physique quand même!! Puis au final, à 21 heures et presque 15 minutes, ils arrivent enfin. Les Rudeboys made in London débarquent et dès le début, ils attaquent avec One Step Beyond de folie. Ça danse, ça chante, c’est magnifique. Suggs Mc Pherson et son compère Chas Smash nous remercie pour le déplacement et nous expliquent à quel point Paris est très important pour eux. Et le public le leur rend bien. Petites blagounettes entre membres et grosses séances de fun collectif, Madness nous offrent un bien joli spectacle. Les voir aussi survoltés qu’à Rock en Seine en 2009 (où ils ont joué deux fois suite au split tout frais des pas du tout regréttés Oasis) et voir le public danser aux sons des cultissimes Our House, My Girl, Baggy Trousers, House Of Fun ou encore Keep Moving (et encore j’en ai oublié plein d’autres) c’est un spectacle qui faut avoir vécu au moins une fois dans sa vie. Bien sur, les titres plus récents de leur récents albums de 2005 (« Dangerous Men ») et de 2009 (« The Liberty Of Norton Folgate ») comme Forever Young, NW5 ou encore Sugar N’ Spice ont aussi été à l’honneur. Et TOUT LE MONDE connaissait les paroles: vieux, jeunes, trentenaires et tout le toutim. Même moi. Et pourtant, j’ai connu Madness sur le tard.

L’un des temps fort de ce concert a été la standing ovation précédent le rappel où mes trois chansons préférées ont été jouées, à savoir Tarzan’s Nuts, It Must Be Love et Night Boat To Cairo. Une ambiance folle digne des rois du Two-tone, j’ai notamment en tête le guitariste (parlant assez bien français) et aussi le saxophoniste Lee Thompson qui a fini le show en magnifique slibard kangourou et qui a fait rire bon nombre de spectateurs. En tout cas, j’ai beaucoup ri, je me suis beaucoup amusée et je suis impatiente d’assister à un prochain concert de Madness à Paris. Pour résumer Madness était juste… Madness !! Un grand show et un grand merci à nos Rudeboys préférés pour cette soirée inoubliable. Seul bémol, j’étais trop près des enceintes et du coup, je me suis pétée un tympan et j’ai été quasiment sourde d’une oreille pendant 3 jours !! Mais ça valait le coup 😉

Miss Nessie

ps : les photos du concert seront disponibles dès demain sur notre MySpace  🙂

Publicités

1 Response to "Live-Report Madness @ Zénith, Paris (14.05.2010)"

reportage complet sur le concert du Zénith avec interview vidéo, photos, track list exacte, impressions des fans , madmette etc… sur le site du fan club francophone de Madness, http://french-mis.be
a bientôt
JP

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Calendrier

mai 2010
L M M J V S D
« Avr   Juin »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

Blog Stats

  • 89,416 hits

Twitter de Nessieland

Erreur : Twitter ne répond pas. Veuillez patienter quelques minutes avant d'actualiser cette page.

Flickr Photos

Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire a ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par e-mail.

Rejoignez 5 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :