Nessieland : le blog

Live-Report: Opeth @ Bataclan de Paris (03/04/2010)

Posted on: 04/05/2010

C’était samedi dernier au Bataclan qu’il fallait être si on est un fan de Prog’ de Death metal ou tout simplement de métal suédois car les papes du Death Metal Mélodique, les bien nommés Opeth fêtaient leurs 20 ans d’existence. L’Evolution XX Tour a donc fait escale à Paris dans une salle que je commence à bien connaître maintenant et même si j’ai loupé mes amis de chez Roadrunner France, ce concert était tout simplement ma-gique. Je m’explique…

*****

Opeth

Opeth fête ses 20 ans cette année

J’arrive un peu à la bourre au concert après avoir longtemps patienté dans la longue file d’attente me menant au Bataclan. Punaise, j’avais jamais autant poireauté pour un concert et encore moins au Bataclan, résultats des courses, je manque le tout début du « Blackwater Set ». Ouf, la deuxième chanson, Bleak, commence à peine. Ah oui, j’oubliais… Pour les padawans et non-spécialistes, le Blackwater Set c’est en fait l’album mythique de 2001 (« Blackwater Park ») qui est repris dans son intégralité lors de la première partie du concert. C’est au moment où retentit Harvest que je me rends compte d’un truc frappant: un concert d’Opeth, c’est plus qu’un simple gig, c’est un moment de communion et définitivement PAS un concert comme les autres. Ça headbangue en rythme et on reste pantois devant les suédois et plus particulièrement du grand Mikael Åkerfeldt, le frontman du groupe. Le quintet suédois finira par être surpris de voir autant d’enthousiasme de la part des fans français venus en masse pour les applaudir. C’est simple, ils ont eu droit durant tout le concert à de longues minutes d’applaudissements, d’accompagnements du public au début des chansons mais aussi de « cris de bourrins » légèrement éméchés à mon humble avis mais bon, c’est aussi ça le charme des concerts de métal…

Sinon le son était aussi incroyablement bon. Les intrus étaient suffisamment fort pour être entendus et la voix d’Åkerfeldt – tantôt claire et mélodique, tantôt brutale et puissante – est restée impeccable tout le long du gig. D’ailleurs, certaines chansons comme Harvest ou The Drapery Falls ont littéralement transcendé la salle. Quant au finish de Blackwater Park, énorme!! Première partie sans fioriture et très pro de la part d’Opeth puis le groupe nous remercie et nous rendez-vous dans 20 petites minutes pour la suite, le temps pour moi d’aller me chercher un t-shirt mais je n’étais manifestement pas la seule à avoir la même idée. Les fans se sont rués vers le stand des goodies: mug, bonnets, t-shirts, hoodies et compagnie sont pris d’assaut – et moi en sandwich par quelques hardos ma foi sympathiques – au bout de 18 minutes, je finis par avoir le sacré graal: un t-shirt souvenir du concert parisien. Je profite des deux minutes restantes pour voir si je trouve l’équipe Roadrunner, histoire de les saluer, mais trop tard, le concert recommence et il me faut regagner ma place.

Mikael Åkerfeldt (chanteur/guitariste), Fredrik Åkesson (guitariste), Martín Mendez (basse),  Per Wiberg (claviers, synthés) et Martin Axenrot (batteries, percus) arrivent tous sourires et visiblement heureux de revenir à Paris. D’ailleurs, le père Åkerfeldt plaisantera un bon moment sur l’amour des fans parisiens, il parlera de « manly love » d’ailleurs et aussi sur le fait qu’il était content de ne pas avoir eu à écrire des blagues pour les raconter durant le Blackwater Set où ils s’étaient contentés de plaisants « Merci beaucoup » dans la langue de Molière. Quelques bourrins lui crient « We want jokes we want jokes !! » et là Mikael Åkerfeldt nous sort LA phrase du jour (bon, je vous la fait en VF) « Je ne raconte pas de blagues, je raconte la réalité !! ». La salle, hyper réceptive, a accueillie la vanne positivement et l’a applaudit. Comme quoi, vous saurez pour la prochaine fois qu’une bonne vanne à un concert, ça vous met le public dans la poche et en plus, ça met de l’ambiance!!! Ce qui arrive hyper souvent dans les concerts de métal d’ailleurs.

Ensuite, il nous explique entre quelques vannes que le deuxième set se déroulera de manière chronologique et qu’ils vont commencer avec Forest, extrait de leur premier album Orchid, sorti en 1995 (ouais, je sais ça nous rajeunit pas tout ça). Puis s’en suit Advent de Morningrise (1996) et l’hypnotique April Ethereal de My Arms, Your Hearse (1998). C’est d’ailleurs avant cette chanson que l’autre meilleure vanne de la soirée fait son apparition lorsque le même Åkerfeldt parle de son pays natal, la Suède, « où tout le monde a un putain de groupe de Death metal mélodique. Ma mère aussi a un groupe de Death metal mélodique ». Nouveaux rires dans la salle et moi, qui regretterait presque d’être née de parents capverdiens. Blague à part, le concert se déroule toujours aussi bien quand soudain – peu avant Wreath, je crois – une fan jette une lettre en direction du chanteur guitariste qu’elle appellera tout joliment dans sa dite lettre « Dear Swedish Sexy Beast »… Toute traduction m’est… euh… inutile, je crois. Mais comme beaucoup dans la salle, j’ai beaucoup ri.

Le show s’est terminé en apothéose avec les deux chansons que je préférais le plus sur les deux derniers albums que je connais davantage (à savoir Reveries / Harlequin Forest, tiré du Ghost Reveries de 2005 et The Lotus Eater du Watershed de 2008). Impressionnante standing ovation sur les coups de 22h40 de la part d’un Bataclan conquis. Si les fans qui ont eu la chance et la joie d’être là ce samedi 3 avril 2010 se souviendront à jamais de ce concert magique, il en sera certainement de même de la part du groupe, qui adore passer par Paris lors des tournées. Et croyez-moi, de mémoire de metalleuse, ce gig parisien d’Opeth restera pour moi un des meilleurs concerts auxquels j’ai assisté de ma jeune vie de Gonzo Dudette.

Je finirais ce report écrit en direct de la bus 27 en direction de la gare St Lazare sur quelques mots en suédois que j’ai appris dans une autre vie: Tack så mycket för denna magiska konsert. Du var fantastisk och jag vill inte glömma…

Miss Nessie

PS: Un énorme merci à l’équipe Roadrunner, en particulier Christine et Florian. Dommage de vous avoir ratés!!!

Setlist:

Blackwater Set:

  • The Leper Affinity
  • Bleak
  • Harvest
  • Dirge For November
  • The Drapery Falls
  • The Funeral Portrait
  • Patterns In The Ivy
  • Blackwater Park

Encore

Publicités

4 Réponses to "Live-Report: Opeth @ Bataclan de Paris (03/04/2010)"

Bin on y était pourtant! et même me concernant à l’entrée pour la liste au début du 1er set. on s’est pas mal baladés pourtant. Merci pour ce report, vannes de Mike comprises 🙂

Mince alors, j’aurais vraiment du faire plus attention!! 🙂

Merci pour ce trés bon résumé de ce concert exceptionnel

Le plaisir était pour moi!!! J’ai vraiment adoré ce concert!!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Calendrier

avril 2010
L M M J V S D
« Mar   Mai »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

Blog Stats

  • 89,174 hits

Twitter de Nessieland

Erreur : Twitter ne répond pas. Veuillez patienter quelques minutes avant d'actualiser cette page.

Flickr Photos

2011-04-18 21.09.34

2011-04-18 21.05.53

2011-04-18 21.05.20

2011-04-18 21.04.30

2011-04-18 21.04.14

2011-04-18 21.01.40

Plus de photos

Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire a ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par e-mail.

Rejoignez 5 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :