Nessieland : le blog

Archive for décembre 28th, 2009

Préparez vos cris de groupies et lancez votre plus joli soutien-gorge (je m’en suis déjà chargée hihihi), et célébrez certes avec un peu de retard l’anniversaire du beau, mais quand même talentueux chanteur et acteur Jared Leto, qui a fêté son anniversaire (comme ma maman aussi) samedi dernier ses 38 ans.

Jared Leto (acteur, musicien, sex-symbol...)

Jared Joseph Leto est né le 26 décembre 1971 à Bossier City en Louisiane (États-Unis). Ses parents divorcent peu de temps après sa naissance, et sa mère se remarie avec Carl Leto, immigré italien, qui l’adoptera lui et son frère Shannon et leur donnera son nom. Même si le couple ne dure pas, Jared Leto et son frère vont conserver le patronyme de leur beau-père.

Durant son enfance, sa mère ne cessera de déménager pour s’installer dans des villes du Colorado, du Wyoming, de Virginie, allant même jusqu’en Haïti. À 12 ans, Jared Leto faisait la plonge dans un restaurant grill pour 2,50 euros de l’heure: « Mais c’était plutôt cool finalement : je bossais avec des gars paumés comme moi ». Mais pendant cette période relativement mouvementée, lui et son frère seront encouragés à développer leurs capacités artistiques. En ayant grandi en écoutant les disques de groupes comme Led Zeppelin, Pink Floyd, The Cure, les 2 frères commenceront à apprendre à jouer de la musique. Quelques années plus tard, il décide d’étudier la peinture à l’University of the Arts de Philadelphie, puis après s’être découvert un intérêt pour la comédie, il ira étudier le cinéma à la New York City School of Visual Arts.

En 1992, à 21 ans, le jeune homme part à l’assaut de Los Angeles. En 1994, il se fera connaître en jouant le rôle de Jordan Catalano aux côtés de Claire Danes dans la série Angela, 15 ans, qui connaît un beau succès avant d’être annulée. Puis en 1995 il fera ses premiers pas au cinéma dans Le patchwork de la vie. On peut ensuite le voir dans La ligne rouge de Terrence Malick (1998), Fight Club de David Fincher (1999) dans lequel il donne la réplique à Brad Pitt et Edward Norton, Une vie volée (1999) de James Mangold, ou encore le très controversé American Psycho adapté du best-seller de Bret Easton Ellis et réalisé par Mary Harron, sorti en 2000. La même année, sa performance d’acteur sera saluée dans le film de Darren Aronofsky, Requiem for a Dream, adaptation du roman éponyme d’Hubert Selby, pour lequel il n’hésitera pas à perdre 13 kilos afin d’entrer dans la peau d’un jeune junky.

En 2002, il retrouve David Fincher en étant à l’affiche de Panic Room. Par la suite, il change de registre en 2004 lorsqu’Oliver Stone le retient dans le casting d’Alexandre, où il tiendra le rôle d’Héphaestion et donnera la réplique à Angelina Jolie, Colin Farrell et Anthony Hopkins. L’année suivante, il rencontre un nouveau succès dans le rôle d’un immigré ukrainien dans Lord of war aux côtés de Nicolas Cage. Renouant avec son affinité à jouer des personnages déséquilibrés, il interprétera ensuite un tueur en série aux côtés de Salma Hayek dans Cœurs perdus, sorti en juin 2007 en France, puis en jouant dans le controversé Chapitre 27 sorti en France le 23 avril 2008, où il interprète le rôle de Mark David Chapman l’assassin de John Lennon au côté de Lindsay Lohan. À l’instar de son rôle dans Requiem for a Dream, le comédien joue avec son poids et accepte de prendre près de 30 kilos pour interpréter Chapman.

Jared Leto tourne relativement moins depuis le début des années 2000, et semble être particulièrement exigeant pour le choix de ses rôles. En dehors du cinéma, Jared Leto est aussi auteur-compositeur-interprète. En effet, les frères Leto, lui et Shannon, ont fondé un groupe de rock en 1998 sous le nom de 30 Seconds to Mars. Le groupe a déjà sorti trois albums dont le second a dépassé le million de copies écoulées dans le monde et son dernier méfait This Is War remporte un bien joli succès.  Son engagement au sein du groupe a pu le contraindre à refuser des rôles au cinéma, comme ce fut le cas pour le film Mémoires de nos pères (2006) de Clint Eastwood. Son prochain film qui sortira en Mai 2010 est Mr Nobody, production internationale dirigée par Jaco Van Dormael, où il tient le premier rôle et côtoie Diane Kruger, Sarah Polley et Linh Dan Pham. La sortie initiale était fixée au 20 mai 2009 pour le Festival de Cannes mais le film n’aurait soi-disant pas plu au comité de sélection et n’a pas été retenu. C’est pourquoi la sortie du film a été repoussée de nombreuses fois.

Du côté de sa vie sentimentale, vers 1995, Jared Leto a eu une relation avec l’actrice Kristi McDaniel, ce fut sa première relation médiatisée. Ensuite, il a eu une longue liaison avec Cameron Diaz; dont il fut fiancé de 2000 à 2002. Il eut ensuite une liaison plus brève avec Scarlett Johansson entre 2004 et 2005. On a pu le voir dans les bras de Paris Hilton, après des rumeurs de liaisons sans lendemain avec des mannequins ou autres actrices telle Lindsay Lohan. Aujourd’hui, il semble être stabilisé avec l’actrice australienne de 14 ans sa cadette Isabel Lucas, une des figurantes de Transformers 2 : la Revanche.

On pourra aussi l’applaudir avec les 30 Seconds To Mars le 5 mars prochain à Bercy.

Miss Nessie

(source : wikipédia.fr)

Ami(e)s amateurs de belles voix, City & Colour est fait pour vous. Il vous suffira d’entendre la voix perçante et mélodieuse de Dallas Green pour littéralement en tomber des nues.

Dallas Green (aka City and Colour)

Ce Canadien, né il y a 29 ans à Saint-Catharines, dans l’Ontario, aussi connu pour être un des guitaristes et chanteur du groupe de post-hardcore Alexisonfire dont nous sommes tous fans à Nessieland – et moi la première – a fondé il y a de ça à peu près cinq ans son side-project acoustique.

Le nom City & Colour est un joli jeu de mots sur son propre patronyme (Dallas, comme la ville – et j’éviterais une mauvaise vanne à la Alex Goude sur la série TV- et Green, comme la couleur [verte]) car le monsieur n’était pas très chaud à l’idée de publier ses compos sous son véritable nom. Et bien que le projet ait pris forme en 2005, Green écrit et compose depuis ses 14 ans, souvent des textes assez autobiographiques. Ce qui s’en ressent parfaitement dans ses chansons qui nous touche beaucoup, notamment grâce à son timbre de voix particulier, à l’instar d’un Ray LaMontagne (plus axé soul mais très bon malgré tout, à conseiller).

Son 1er album, « Sometimes », sorti en Novembre 2005, est une compilation de ses chansons écrites depuis plus d’une douzaine d’années, publiées d’abord sur Internet puis popularisée au Canada grâce à la notoriété de son groupe (c’est-à-dire Alexisonfire) et aussi de MySpace – un maxi « The MySpace Transmissions » sortira en début d’année 2008, exclusivement en Amérique du Nord, suivi d’un « iTunes Transmissions » quelques mois plus tard. Bien accueilli par la critique outre-Atlantique, les mélodies de « Sometimes » sont à la fois très émotionnelle (sans verser dans l’émo dégoulinante limite « ouin ouin » , je tiens à le préciser), vulnérable et très douce comme une de ces soirées d’hiver solitaires où on rêve d’un peu de chaleur humaine et ce disque est aussi excellent pour les « cabin fever » occasionnelles car on se sent déjà un peu plus léger. Une bonne galette (avec une jolie pochette digne d’un des innombrables tattoos du père Dallas) qui, en plus, vous fait du bien !!! Si c’est pas génial !!

Quelques EP et tournées canadiennes plus tard, sort en février 2008, le deuxième album de City & Colour, « Bring Me Your Love ». Plus abouti, plus folk et aussi vraiment très intéressant musicalement parlant (notamment grâce aux nombreux instruments utilisés tels que l’harmonica, le banjo, la batterie ou encore le ukulélé – naaaan, pas celui de Julien Doré, le VRAI uku !!), ce 2ème skeud est aussi formidable que le 1er avec entre autres, de nouvelles collaborations telles que celle de Gordie Downie, chanteur des Tragically Hip (groupe local hyper connu) sur la belle balade, Sleeping Sickness et aussi des zicos d’Attack In Black (groupe émo canadien). Et ce qu’il y a de plus frappant dans cet album, c’est de voir jusqu’où ces mélodies peuvent nous emporter, et pour une Parisienne pure et dure comme moi, c’est juste un délice. Petite info « culture gé », le titre de l’album « Bring Me Your Love » est tiré d’un bouquin de Charles Bukowski et est aussi une citation de la dernière chanson de l’album As Much As I Ever Could.

Comme je le disais un peu plus haut, City & Colour a remporté un bien beau succès chez nos amis canadiens mais aussi pas mal de récompenses : plusieurs nominations aux MuchMore Video Awards (dont Choix du Public: Artiste Favori en 2006 pour Save Your Scissors), l’Artiste de l’Année par le Magazine Chart toujours en 2006 et le Prix Juno (l’équivalent de nos Victoires de la Musique) dans la catégorie « Album Alternatif de l’année » avec « Sometimes » en 2007).

En 2010, notre ami Dallas Green, sortira un nouveau EP, [titre du EP], disponible cette fois-ci – youpi youpi – en Europe (certes en Import, mais quand même) pour notre plus grand bonheur en attendant une possible venue par la France, croisons les doigts pour ça !!! Et si c’est trop mou pour vous, encore que j’ai des doutes, il vous reste Alexisonfire pour apprécier pleinement le talent et la belle voix de Dallas Green…

Miss Nessie.

PS : Chansons à conseiller de City & Colour: Save Your Scissors, Day Old Hate, Sam Malone, Casey’s Song, Sometimes, Missing, Love Don’t Live Here Anymore (reprise de Rose Byrne, meilleure que l’originale trop nasillarde pour mes oreilles « sensibles »), Forgive Me, Sleeping Sickness, Waiting…, What Makes A Man, The Girl, As Much As I Ever Could)


Calendrier

décembre 2009
L M M J V S D
« Nov   Jan »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

Blog Stats

  • 91 597 hits

Twitter de Nessieland

Erreur : Twitter ne répond pas. Veuillez patienter quelques minutes avant d'actualiser cette page.

Flickr Photos

Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire a ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par e-mail.

Rejoignez 4 autres abonnés