Nessieland : le blog

Archive for décembre 2009

Noël, c’est enfin fini et vous n’avez aucune idée du soulagement que ça me fait de ne plus avoir à me coltiner ces bêtises !!! Pour m’excuser du retard pris dans mes articles à cause de Santa, je vous offre un petit Tune Of The Day, qui est une jolie rareté de nos amis de Faith No More !!!

Ce « bombtrack » comme dirait si bien nos amis de Rage Against The Machine, Light Up and Let Go, est sorti avec le single Ashes To Ashes, tiré du magnigique et dernier album studio des FNM « Album Of The Year » en 1997 – ouh pinaize, ça nous rajeunit pas tout ça !!

Bonnes fêtes de fin d’année à vous, Nessielovers, et bon réveillon !!

Miss Nessie et toute l’équipe (certes réduite mais quand-même) de Nessieland.

PARTIE METAL

Dans la rubrique « Trop meugnon », je voudrais la famille Cavalera. En effet, des photos de l’enregistrement du nouveau Soulfly sont dispos sur le site officiel et on y voit notamment Max Cavalera entouré de ses deux fils à la batterie. 

La Suède est décidément un pays vachement « heavy metal ». Les lecteurs de Aftonbladet, grand quotidien suédois, ont élu « Come Clarity » de In Flames meilleur album de la dernière décénie. L’heureux gagnant se voit tenir la tête du classement avec 26% des voix. Un très bon album d’ailleurs !!

Suède toujours. Le groupe de Power suédois Hydrogen se sépare en laissant 3 morceaux de son dernier opus, « The New Way » en écoute sur le MS.

Restons au pays des Krisprolls, Shining  passeront par la France le 09 Mars à la Laiterie de Strasbourg. Shining VII – Född Förlorare est toujours prévu pour Mars / Avril 2010.

Les fêtes de Noël n’auront pas été joyeuses pour tous, hélàs, nous venons d’apprendre la mort de Jimmy ‘the Rev’ Sullivan (batteur d’Avenged Sevenfold), 28 ans, retrouvé mort chez lui. Neil Farrington, batteur de Cerebral Fix (Crossover Thrash) et Warlord UK (Death Old School) est mort à l’age de 38 ans le 20 décembre dernier.

Le Groupe de Deathcore Corroosion a mis sur son MySpace un premier morceau extrait de son premier album, Punish The Mind, à sortir le 1er février.

Dans la rubrique « En temps normal, on s’en foutrait mais là… », U2 va sortir un nouvel album de remixes, uniquement pour son fan club. Intitulé Artificial Horizon, il verra notamment les contributions de Trent Reznor (NIN), Justice et Hot Chip.

Un film sur Jimi Hendrix, titré Slide, est en pré-production. Le film se basera sur son fameux weekend de septembre 1969 où le guitariste a été victime d’un faux enlèvement orchestré par son manager. Pas d’indication sur l’acteur qui incarnerait Hendrix pour le moment.

Un nouveau morceau de Dillinger Escape Plan a été dévoilé, il s’agit de « Farewell, Mona Lisa » et ça s’écoute . Ici, à Nessieland, on aime déjà !!

Spécial dédi à ma ch’tite Miss Dilligaf, Stone Sour rentrera en studio au mois de Février et nous propose aujourd’hui le titre Delightful Shoes dans une version… spéciale dira-t-on.

Hellyeah (Southern Rock) a bientôt fini son nouvel album puisque les texans choisissent en ce moment les chansons qui figureront sur leur galette.

Et celle-ci est dédiée à la Mam’zelle, Mondo Cane, le projet Pop de Mike Patton, devrait voir le jour en Avril 2010. Ca se passera chez Icepac. En attendant un concert à Paris avec ses amies da la guilde des FW !!

Black Rebel Motorcycle Club sera en concert à Paris (Bataclan) le 12 mai 2010 et la veille à Clermont-Ferrand à l’occasion de la sortie du nouvel album (Beat The Devil’s Tattoo, le 8 mars). Eh bien, ça promet tout ça.

PARTIE PUNK

Johnny Cash reviendra de manière posthume le 23 février 2010 avec ses sessions « American Recordings ». American VI: Ain’t No Grave est sa première sortie depuis l’opus No.5 paru en 2000. Un come-back posthume comme je les aime.

Le frontman de Norma Jean, Cory Brendan Putman, s’est impliqué dans un side project intitulé Fear Is The Driving Force. Pour écouter de quoic’est fait, c’est par .

Ray Davies, leader des fameux Kinks a récemment réarrangé et réenregistré un tas de vieux morceaux du groupe avec une chorale. Le résultat est publié sur un album intitulé The Kinks Choral Collection, mais a également été joué en live le 20 novembre dernier. Ce concert est disponible en streaming sur le site de NPR.

Miss Nessie

(source : metalorgie.com)

Il existe des âges d’or dans le milieu audiovisuel : les années 1970 ont créées les feuilletons à l‘eau de rose, les années 1980 ont révolutionnés les jeux télés et émissions de diverstissement, les années 1990 ont fait multiplier les émissions pour enfants et, paradoxalement, les émissions cochonnes puis les années 2000 a vu débarquer de la télé-réalité à profusion (ou télé-poubelle, tout dépend de quel côté de la balance on se positionne). Si on devait parler de l’âge d’or promise aux années 2010, on dira certainement celles de l‘« infotainment » et celles des séries télés, extrêmement populaires depuis ces trois dernières années. 

 
 

Sons Of Anarchy

Ce qui est sûr, c’est que les séries américaines actuelles sont si novatrices qu’elles surpasseront dans les années à venir le succès qu’ont eu celles des années 2000 avec la franchise des « Experts », des « NCIS », des « Greys Anatomy » ou encore des regrettés « Les Sopranos » et « The Shield ».
 
Superbe transition pour parler du « papa » d’une nouvelle série qui a fait le bonheur des fans et aussi de la chaîne M6, qui a vu ses deuxièmes parties de soirées du vendredi joliment parader en tête des audiences avec une moyenne d’1,8 millions de téléspectateurs et surtout de téléspectatrices. Je veux bien sur parler de « Sons Of Anarchy » (il faut le prononcer à l’américaine han-nar-ki et non à la franchouillarde an-arh-chie), la série m’a fait re-kiffer les motards, depuis la fin de mes années lycées et un certain abruti d’ex-meilleur ami qui respirait avec ses roubignoles… euh mais là, je digresse !!
 

 

Donc, « Sons Of Anarchy » a été créée en 2007 par Kurt Sutter, la fameux « papa » qui a été le co-scénariste de la série « The Shield », série policière à succès qui a suivi durant 7 saisons, les déboires du flic ripoux Vic Mackey (joué par Michael Chiklis). L’histoire se passe en Californie, dans la petite ville de Charming aux airs désertiques et westernesques, où le club de motards local (le SAMCRO, pour Sons Of Anarchy MotorCycle Redwood Original) se fait un peu trop titiller par les sheriffs, les dealers ennemis et le FBI (par l’intermédiaire de l’agent ATF June Stahl, jouée par Ally Walker, sacrément revancharde limite « bitch »).

 Le chef de file des SAMCRO, c’est Clay Morrow (joué par Ron Perlman, alias Hellboy), le cador, celui qui donne tous les ordres. Son dauphin n’est autre que son beau-fils, Jackson « Jax » Teller (interprété par une véritable bombe sexuelle so british, Charlie Hunnam, vu dans « Queer As Folk » et dans le film choc « Hooligans »). Sa mère, donc mariée à Clay, c’est la redoutable Gemma (jouée par Katey Sagal, habituée des séries télés cultes telles que « Mariés, Deux Enfants », « Touche Pas à Mes Filles » ou encore « Futurama », où elle prête à sa voix à Leela) qui n’hésite pas à se la jouer garce prédatrice lorsqu’il s’agit de l’intérêt de sa famille et du club. On y note aussi des seconds rôles de choix tels que Ryan Hurst (Opie, membre de la SAMCRO et meilleur ami de Jax) et Drea DeMatteo (Wendy, l’ex-femme accro aux méthamphètes et mère de son fils, Abel) ainsi que des révélations comme Maggie Siff (ou la doctoresse Tara Knowles, l’éternelle « amoureuse » de Jax).

Ce qui a à la fois de fascinant et de frappant, ce sont les nombreuses références bibliques et aux Pères Fondateurs des US of A très présentes dans la série. L’ambiance pesante et considérablement humaniste (malgré les flingues, les coups et les quelques effusions d’hémoglobine) nous ramènent aux plus grandes heures de la série défunte « Les Sopranos », notamment grâce au dilemne auquel est souvent confronté Jax, tel un Hamlet en Harley Davidson. Une des raisons qui font que « Sons Of Anarchy » est autant regardée comme le fut son illustre prédécesseur, et ce des deux côtés de l’Atlantique.

En attendant le final de la saison 1, le vendredi 1er janvier 2010 – année qui, décidément, commence sous les meilleurs auspices – sur M6 à 23h00, la saison 2 vient de se finir aux States et peut-être visible dans la Blogosphère, notamment pour ceux qui, comme moi, n’attendront pas les 1ers jours du mois de Juin pour mater la suite des aventures des SAMCRO (avec l‘arrivée d’Adam Arkin et surtout du « grand » chanteur-acteur Monsieur Henry Rollins pour 6 épisodes) , toujours diffusée sur l’ex-Petite Chaîne qui monte.

Miss Nessie

Préparez vos cris de groupies et lancez votre plus joli soutien-gorge (je m’en suis déjà chargée hihihi), et célébrez certes avec un peu de retard l’anniversaire du beau, mais quand même talentueux chanteur et acteur Jared Leto, qui a fêté son anniversaire (comme ma maman aussi) samedi dernier ses 38 ans.

Jared Leto (acteur, musicien, sex-symbol...)

Jared Joseph Leto est né le 26 décembre 1971 à Bossier City en Louisiane (États-Unis). Ses parents divorcent peu de temps après sa naissance, et sa mère se remarie avec Carl Leto, immigré italien, qui l’adoptera lui et son frère Shannon et leur donnera son nom. Même si le couple ne dure pas, Jared Leto et son frère vont conserver le patronyme de leur beau-père.

Durant son enfance, sa mère ne cessera de déménager pour s’installer dans des villes du Colorado, du Wyoming, de Virginie, allant même jusqu’en Haïti. À 12 ans, Jared Leto faisait la plonge dans un restaurant grill pour 2,50 euros de l’heure: « Mais c’était plutôt cool finalement : je bossais avec des gars paumés comme moi ». Mais pendant cette période relativement mouvementée, lui et son frère seront encouragés à développer leurs capacités artistiques. En ayant grandi en écoutant les disques de groupes comme Led Zeppelin, Pink Floyd, The Cure, les 2 frères commenceront à apprendre à jouer de la musique. Quelques années plus tard, il décide d’étudier la peinture à l’University of the Arts de Philadelphie, puis après s’être découvert un intérêt pour la comédie, il ira étudier le cinéma à la New York City School of Visual Arts.

En 1992, à 21 ans, le jeune homme part à l’assaut de Los Angeles. En 1994, il se fera connaître en jouant le rôle de Jordan Catalano aux côtés de Claire Danes dans la série Angela, 15 ans, qui connaît un beau succès avant d’être annulée. Puis en 1995 il fera ses premiers pas au cinéma dans Le patchwork de la vie. On peut ensuite le voir dans La ligne rouge de Terrence Malick (1998), Fight Club de David Fincher (1999) dans lequel il donne la réplique à Brad Pitt et Edward Norton, Une vie volée (1999) de James Mangold, ou encore le très controversé American Psycho adapté du best-seller de Bret Easton Ellis et réalisé par Mary Harron, sorti en 2000. La même année, sa performance d’acteur sera saluée dans le film de Darren Aronofsky, Requiem for a Dream, adaptation du roman éponyme d’Hubert Selby, pour lequel il n’hésitera pas à perdre 13 kilos afin d’entrer dans la peau d’un jeune junky.

En 2002, il retrouve David Fincher en étant à l’affiche de Panic Room. Par la suite, il change de registre en 2004 lorsqu’Oliver Stone le retient dans le casting d’Alexandre, où il tiendra le rôle d’Héphaestion et donnera la réplique à Angelina Jolie, Colin Farrell et Anthony Hopkins. L’année suivante, il rencontre un nouveau succès dans le rôle d’un immigré ukrainien dans Lord of war aux côtés de Nicolas Cage. Renouant avec son affinité à jouer des personnages déséquilibrés, il interprétera ensuite un tueur en série aux côtés de Salma Hayek dans Cœurs perdus, sorti en juin 2007 en France, puis en jouant dans le controversé Chapitre 27 sorti en France le 23 avril 2008, où il interprète le rôle de Mark David Chapman l’assassin de John Lennon au côté de Lindsay Lohan. À l’instar de son rôle dans Requiem for a Dream, le comédien joue avec son poids et accepte de prendre près de 30 kilos pour interpréter Chapman.

Jared Leto tourne relativement moins depuis le début des années 2000, et semble être particulièrement exigeant pour le choix de ses rôles. En dehors du cinéma, Jared Leto est aussi auteur-compositeur-interprète. En effet, les frères Leto, lui et Shannon, ont fondé un groupe de rock en 1998 sous le nom de 30 Seconds to Mars. Le groupe a déjà sorti trois albums dont le second a dépassé le million de copies écoulées dans le monde et son dernier méfait This Is War remporte un bien joli succès.  Son engagement au sein du groupe a pu le contraindre à refuser des rôles au cinéma, comme ce fut le cas pour le film Mémoires de nos pères (2006) de Clint Eastwood. Son prochain film qui sortira en Mai 2010 est Mr Nobody, production internationale dirigée par Jaco Van Dormael, où il tient le premier rôle et côtoie Diane Kruger, Sarah Polley et Linh Dan Pham. La sortie initiale était fixée au 20 mai 2009 pour le Festival de Cannes mais le film n’aurait soi-disant pas plu au comité de sélection et n’a pas été retenu. C’est pourquoi la sortie du film a été repoussée de nombreuses fois.

Du côté de sa vie sentimentale, vers 1995, Jared Leto a eu une relation avec l’actrice Kristi McDaniel, ce fut sa première relation médiatisée. Ensuite, il a eu une longue liaison avec Cameron Diaz; dont il fut fiancé de 2000 à 2002. Il eut ensuite une liaison plus brève avec Scarlett Johansson entre 2004 et 2005. On a pu le voir dans les bras de Paris Hilton, après des rumeurs de liaisons sans lendemain avec des mannequins ou autres actrices telle Lindsay Lohan. Aujourd’hui, il semble être stabilisé avec l’actrice australienne de 14 ans sa cadette Isabel Lucas, une des figurantes de Transformers 2 : la Revanche.

On pourra aussi l’applaudir avec les 30 Seconds To Mars le 5 mars prochain à Bercy.

Miss Nessie

(source : wikipédia.fr)

Ami(e)s amateurs de belles voix, City & Colour est fait pour vous. Il vous suffira d’entendre la voix perçante et mélodieuse de Dallas Green pour littéralement en tomber des nues.

Dallas Green (aka City and Colour)

Ce Canadien, né il y a 29 ans à Saint-Catharines, dans l’Ontario, aussi connu pour être un des guitaristes et chanteur du groupe de post-hardcore Alexisonfire dont nous sommes tous fans à Nessieland – et moi la première – a fondé il y a de ça à peu près cinq ans son side-project acoustique.

Le nom City & Colour est un joli jeu de mots sur son propre patronyme (Dallas, comme la ville – et j’éviterais une mauvaise vanne à la Alex Goude sur la série TV- et Green, comme la couleur [verte]) car le monsieur n’était pas très chaud à l’idée de publier ses compos sous son véritable nom. Et bien que le projet ait pris forme en 2005, Green écrit et compose depuis ses 14 ans, souvent des textes assez autobiographiques. Ce qui s’en ressent parfaitement dans ses chansons qui nous touche beaucoup, notamment grâce à son timbre de voix particulier, à l’instar d’un Ray LaMontagne (plus axé soul mais très bon malgré tout, à conseiller).

Son 1er album, « Sometimes », sorti en Novembre 2005, est une compilation de ses chansons écrites depuis plus d’une douzaine d’années, publiées d’abord sur Internet puis popularisée au Canada grâce à la notoriété de son groupe (c’est-à-dire Alexisonfire) et aussi de MySpace – un maxi « The MySpace Transmissions » sortira en début d’année 2008, exclusivement en Amérique du Nord, suivi d’un « iTunes Transmissions » quelques mois plus tard. Bien accueilli par la critique outre-Atlantique, les mélodies de « Sometimes » sont à la fois très émotionnelle (sans verser dans l’émo dégoulinante limite « ouin ouin » , je tiens à le préciser), vulnérable et très douce comme une de ces soirées d’hiver solitaires où on rêve d’un peu de chaleur humaine et ce disque est aussi excellent pour les « cabin fever » occasionnelles car on se sent déjà un peu plus léger. Une bonne galette (avec une jolie pochette digne d’un des innombrables tattoos du père Dallas) qui, en plus, vous fait du bien !!! Si c’est pas génial !!

Quelques EP et tournées canadiennes plus tard, sort en février 2008, le deuxième album de City & Colour, « Bring Me Your Love ». Plus abouti, plus folk et aussi vraiment très intéressant musicalement parlant (notamment grâce aux nombreux instruments utilisés tels que l’harmonica, le banjo, la batterie ou encore le ukulélé – naaaan, pas celui de Julien Doré, le VRAI uku !!), ce 2ème skeud est aussi formidable que le 1er avec entre autres, de nouvelles collaborations telles que celle de Gordie Downie, chanteur des Tragically Hip (groupe local hyper connu) sur la belle balade, Sleeping Sickness et aussi des zicos d’Attack In Black (groupe émo canadien). Et ce qu’il y a de plus frappant dans cet album, c’est de voir jusqu’où ces mélodies peuvent nous emporter, et pour une Parisienne pure et dure comme moi, c’est juste un délice. Petite info « culture gé », le titre de l’album « Bring Me Your Love » est tiré d’un bouquin de Charles Bukowski et est aussi une citation de la dernière chanson de l’album As Much As I Ever Could.

Comme je le disais un peu plus haut, City & Colour a remporté un bien beau succès chez nos amis canadiens mais aussi pas mal de récompenses : plusieurs nominations aux MuchMore Video Awards (dont Choix du Public: Artiste Favori en 2006 pour Save Your Scissors), l’Artiste de l’Année par le Magazine Chart toujours en 2006 et le Prix Juno (l’équivalent de nos Victoires de la Musique) dans la catégorie « Album Alternatif de l’année » avec « Sometimes » en 2007).

En 2010, notre ami Dallas Green, sortira un nouveau EP, [titre du EP], disponible cette fois-ci – youpi youpi – en Europe (certes en Import, mais quand même) pour notre plus grand bonheur en attendant une possible venue par la France, croisons les doigts pour ça !!! Et si c’est trop mou pour vous, encore que j’ai des doutes, il vous reste Alexisonfire pour apprécier pleinement le talent et la belle voix de Dallas Green…

Miss Nessie.

PS : Chansons à conseiller de City & Colour: Save Your Scissors, Day Old Hate, Sam Malone, Casey’s Song, Sometimes, Missing, Love Don’t Live Here Anymore (reprise de Rose Byrne, meilleure que l’originale trop nasillarde pour mes oreilles « sensibles »), Forgive Me, Sleeping Sickness, Waiting…, What Makes A Man, The Girl, As Much As I Ever Could)

Non, ce n’est pas l’anniversaire du Petit Jesus que nous allons fêté mais d’un sacré diablotin, qui est aussi un des metalheads les plus admirés et des plus mythiques au monde. Notre Lemmy préféré fête en ce jour de révéillon de Noël, ses 64 ans !!

 

Lemmy

Lemmy, la légende vivante du heavy metal

Ian Fraiser Kilmister dit Lemmy Kilmister (né le 24 décembre 1945, à Stoke-on-Trent, Staffordshire, Angleterre) est un bassiste et chanteur de heavy metal. Il est le membre fondateur et leader du groupe Motörhead. Sa voix éraillée, son attitude rock et son insubmersibilité font de lui un personnage culte dans l’univers de la musique. Il est apparu parfois sous le nom de Ian Will is. Lemmy a passé sa jeunesse sur l’île d’Anglesey, Pays de Galles. Il joue essentiellement sur une basse 4 cordes Rickenbacker qu’il descend souvent d’un demi ton.

Lemmy passa les années 60 comme guitariste dans de nombreux groupes obscurs (tels que : Rainmakers, Motown Sect, Opal Butterfly, Sam Gopal, et The Rockin’ Vickers ) et aussi en tant que roadie pour Jimi Hendrix en 1967, et The Nice, où il donna à Keith Emerson son fameux « couteau ». En 1971, Kilmister rejoignit le groupe de space rock, Hawkwind, qui était basé à Ladbroke Grove, London. Il avait peu d’expérience comme bassiste, mais rapidement il développa un style distinctif fortement influencé par son passé de guitariste rythmique. Il apparut aussi au chant dans de nombreuses chansons du groupe, incluant leur plus gros hit au chart des singles UK, Silver Machine, qui arriva #3 en 1973.

En 1975, Lemmy se fait renvoyer de Hawkwind, après s’être fait arrêter à la frontière canadienne pour des faits de possession d’amphétamines; il passa 5 jours en prison, Kilmister décida de former un nouveau groupe avec le guitariste Larry Wallis (membre fondateur de Pink Fairies, Steve Took’s Shagrat et UFO), ainsi qu’avec le batteur Lucas Fox. Le lien avec Steve Took ne provient pas seulement de Larry Wallis, car ils étaient amis et Took était le beau-père du fils de Lemmy, Paul. Ce nouveau groupe s’appelait au début « Bastard ». Lorsque le manager du groupe informa Lemmy qu’un groupe dont le nom voulait dire « enfoiré » n’allait jamais passer à Top of the Pops, Kilmister renomma le groupe en Motörhead, le titre de la dernière chanson que Lemmy écrivit pour Hawkwind

Peu de temps après, Wallis et Fox furent remplacés par le guitariste ‘Fast’ Eddie Clarke et le batteur Phil ‘Philthy Animal’ Taylor, ce fut le début du succès du groupe. Le son du groupe plut aux fans de heavy metal, mais aussi aux fans du naissant punk rock. Plus tard, Lemmy affirma qu’il se sentait plus à l’aise avec le punk qu’avec le heavy metal. Il joua même quelques shows avec The Damned, lorsque le bassiste de ce groupe, Captain Sensible, décida de prendre le rôle de guitariste en 1978. La voix gutturale de Lemmy était unique dans le monde du rock à cette époque.

Le succès du groupe monta en flèche entre 1980 et 1981 avec de nombreux singles présents au UK Chart Hits, incluant le classique Ace of Spades (toujours l’une des chansons favorites des fans) et l’album live No Sleep ’til Hammersmith, qui deviendra #1. Motörhead devint l’un des groupes les plus influents dans le mouvement heavy metal. Bien qu’étant le seul membre du groupe originel, Lemmy fait toujours autant de shows et produit encore des albums de nos jours (le dernier étant Motorizer, sorti en 2008). Après de multiples changements de line-up, le groupe actuel composé de Lemmy, Phil Campbell et Mikkey Dee est toujours le même depuis 1995.

Lemmy travailla aussi avec de nombreux autres musiciens au cours de sa carrière. Il participa à l’écriture de l’album No More Tears avec Ozzy Osbourne, écrivant les paroles des morceaux Hellraiser, Desire, I Don’t Want to Change the World et le plus gros hit Mama I’m coming Home. Lemmy avoua ensuite dans plusieurs magazines qu’il a gagné plus d’argent grâce aux royalties de ce morceau qu’avec les chansons écrites avec Motörhead.

Lemmy créa le thème d’entrée du catcheur pro Triple H de la WWE intitulé The Game (ce dernier portant d’ailleurs la même coupe de barbe que Lemmy) ainsi que Line in the Sand, pour l’alliance de catch de la WWE, l’Evolution. En 2006, Motörhead et Triple H remettent ça en créant la chanson King of Kings. Lemmy a également travaillé avec le leader des Foo Fighters, Dave Grohl, sur son (excellent, nldr) projet Probot où il joue sur plusieurs morceaux de l’album, et tout spécialement sur un morceau de heavy metal, Shake Your Blood. En 2009, Lemmy est l’une des nombreuses stars (Steven Tyler, Lenny Kravitz, Alice Cooper, etc.) qui participent à l’enregistrement de l’album solo de Slash, l’ancien guitariste de Guns N’Roses, qui sortira au printemps 2010.

Lemmy a aussi un autre groupe , The Head Cats, formé en 2006 avec Slim Jim Phantom (Stray Cats) et le guitariste Danny B. Harvey (Lonesome Spurs). Après avoir collaboré sur un album de reprise de Elvis Presley avec ses mêmes membres, Lemmy et compère décident de rester en studio, Kilmister attrapant une guitare acoustique et jouant ses morceaux favoris de Johnny Cash, Buddy Holly et Eddie Cochran. Le groupe ayant les mêmes goûts, ils décident donc de créer un super groupe, The Head Cats, le nom provenant de la combinaison des noms Motorhead et The Stray Cats. En 2006 sort donc leur premier album intitulé Fool’s Paradise, qui inclut des reprises d’artistes tels que Buddy Holly, Carl Perkins, Jimmy Reed, T-Bone Walker, Lloyd Price, Elvis Presley et Johnny Cash. Durant l’enregistrement Lemmy jouant de la guitare acoustique, mais en live préférant jouer avec sa basse habituelle. Un dvd live filmé à Los Angeles, filme le groupe jouer 13 chansons de l’album, ainsi qu’une interview des membres.

Lemmy a fait diverses apparitions et seconds rôles dans des films et à la télévision, notamment dans « Hardware », film de science-fiction paru en 1990, et « Eat the Rich« , film paru en 1987 dont Motorhead a réalisé la bande son. En 1994, Lemmy fit une apparition dans le film Airheads, dans lequel l’une des scènes du film pose la question « Dans un match de catch entre Dieu et Lemmy qui gagnerait? » l’un des personnages répondant « Lemmy bien sûr!« . Il apparut aussi dans différents films des studios Troma, une compagnie produisant des films indépendants. Lemmy fit ensuite quelques pubs à la télévision, notamment pour la marque KitKat et pour des céréales, pratiquant à chaque fois l’auto dérision. Lemmy apparut aussi dans l’émission hebdomadaire sur MTV « Beavis and Butt-Head », Kilmister étant le seul musicien dont les deux adolescents retardés ne se moquent pas.

Un documentaire sur Lemmy paraîtra au courant de l’année 2010. Intitulé sobrement « Lemmy », produit et dirigé par Greg Oliver et Wes Orshovski, le documentaire, tourné pendant deux ans, détiendra des interviews de ses amis et admirateurs tels que Dave Grohl, Slash, Ozzy Osbourne, Alice Cooper, Peter Hook de Joy Division/New Order, Dee Snider, Mick Jones des The Clash, Jim Heath de Reverend Horton Heat, Slim Jim Phantom des The Stray Cats, Mike Inez, le pro skateur Geoff Rowley, le catcheur Triple H, C.C. Deville du groupe Poison, Fast Eddie Clarke, Johnny Knoxville, Jarvis Cocker, Marky Ramone. Le film devrait répondre à de nombreuses questions notamment sur son style de vie. Pour promouvoir le film, des t-shirts dessinés par Kilmister lui-même sont disponibles sur le site du film Site officiel du film.

Les histoires les plus extravagantes courent sur ses frasques: boisson, femmes… qui contrastent avec sa grande culture historique.

Sa dernière analyse de sang remonte à une quinzaine d’années. Hospitalisé à Londres, les médecins sont alors réunis autour de ce cas d’école et décident d’un commun accord de ne pas le transfuser : «Voyez-vous, si on vous donne du sang pur vous allez mourir… Mais, de grâce, ne donnez pas votre sang ! Il est tellement toxique que vous tueriez quelqu’un !» (Bock’n’roll, Libération, 6 décembre 2006).

Dans un documentaire pour la chaîne britannique Channel 4 appelé « Motorhead: Live Fast, Die Old« , datant de 2005, les journalistes affirment que Lemmy aurait couché avec près de 2000 femmes. Le magazine Maxim a placé Lemmy numéro 8 dans leur classement des « Légendes vivantes du sexe« . Dans le documentaire, Lemmy affirme qu’à l’école il vit qu’un élève qui avait ramené une guitare était « entouré de nanas ». La mère de Kilmister, qui avait une guitare, la prêta à Lemmy qui l’apporta à l’école et fut lui aussi immédiatement entouré de filles !

Miss Nessie

(source : wikipédia.fr — oui, je sais mais c’est les fêtes, je suis débordée les mecs !!)

Une petite merveille avant Noël…

En me baladant sur les sites à la recherche de vidéos de chats, je suis tombée sur une vidéo montage absolument hilarante qui met en scène nos amis teutons de Rammstein et Cookie Monster, le muppet de Sesame Street… le jouet idéal pour des metalleux en devenir 😉

Miss Nessie


Calendrier

décembre 2009
L M M J V S D
« Nov   Jan »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

Blog Stats

  • 91 624 hits

Twitter de Nessieland

Erreur : Twitter ne répond pas. Veuillez patienter quelques minutes avant d'actualiser cette page.

Flickr Photos

Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire a ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par e-mail.

Rejoignez 4 autres abonnés